Magazine Côté Femmes

La fois où j’ai perdu ma plus belle arme

Publié le 24 mars 2016 par Lamallette @Lamallette1

Par Mélissa Lévesque

Si vous suivez le blogue depuis un moment, vous avez sans doute remarquer que le mot «authenticité» est plutôt récurrent. En fait, quand j’ai lancé le blogue, en 2013, c’est LE mot qui ne cessait d’apparaître dans ma tête. Et aujourd’hui, j’ai décidé d’être 100% honnête avec vous, fidèles lecteurs, et vous expliquer pourquoi c’est si important pour moi de prôner l’authenticité.

Vous savez, on dit souvent que l’on se rend compte de la valeur de quelque chose seulement une fois qu’on l’a perdu. Souvent, c’est quand on perd un être cher. Mais dans mon cas, j’ai réalisé l’importance de mon authenticité après l’avoir perdu, quelque part au secondaire. Le secondaire… l’époque où j’étais influençable, mais surtout, tellement insécure. L’époque où je n’avais pas tellement confiance en moi, l’époque où je voulais dont être aimée de tout le monde. L’époque où ma vie ne me suffisait pas, l’époque où je croyais que le gazon était toujours plus vert chez le voisin. L’époque où je croyais que ma personnalité n’était pas à la hauteur de toutes les filles qui m’entouraient et qui, à mes yeux, étaient tellement plus drôles, plus intelligentes, plus souriantes et plus pétillantes… Du haut de mes 15 ans, je ne me suis même pas posé de questions, j’ai rapidement essayé de me coller à ces filles aux personnalités flamboyantes. J’ai essayé tellement fort de m’intéresser aux mêmes choses qu’elles, d’avoir la même attitudes qu’elles, de parler comme elles… Et je n’ai jamais réussi. Parce que ce n’était pas moi. Et que tout ce que j’essayais de faire comme elle semblait tellement faux. Et je ne m’en rendais même pas compte. J’continuais à persévérer pour devenir quelqu’un que je n’étais pas. Et tout ce travail-là, il ne me menait nulle part; je n’attirais pas plus d’amis, je n’étais pas plus invitée à des partys, je n’avais pas plus d’amis Facebook…

Le jour où j’ai compris que la meilleure façon d’attirer des amis, d’être invitée à des partys et d’avoir plus d’amis Facebook, c’était d’être moi-même.  J’ai complètement changé d’attitude. À ce moment-là,  j’étais essoufflée de jouer le jeu, j’avais besoin de répit. Être quelqu’un d’autre, c’est tellement épuisant. Et c’est seulement à ce moment-là que j’ai constaté que tout le travail que j’avais fait au cours des dernières années pour modifier ma personnalité, je l’avais fait pour rien. Et je suis pas mal convaincue que c’est depuis cette révélation que je sais que mon authenticité est ma plus belle arme. Et c’est la votre aussi!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lamallette 22602 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine