Magazine Poésie

Ciel bas

Par Vertuchou

C'est un amour qui va sur les pieds de soie,
Heureux de son exil dans les rues.
Un amour petit et pauvre que mouille une pluie de passage
Et il déborde sur les passants:
Mes présents sont plus grands que moi.
Mangez mon blé,
Buvez mon vin
Car mon ciel repose sur mes épaules et ma terre vous
appartient...

As-tu humé le sang du jasmin indivis
Et pensé à moi ?
Attendu en ma compagnie un oiseau à la queue verte
Et qui n'a pas de nom ?

C'est un amour pauvre qui fixe le fleuve
Et il s'abandonne aux évocations: Où cours-tu ainsi,
Jument de l'eau ?
Sous peu, la mer t'absorbera.
Va lentement vers ta mort choisie,
Jument de l'eau!

Étais-tu mes deux rives
Lorsque les lieux étaient tels qu'ils se devaient d'être,
Légers légers aux souvenirs ?
Quelles chansons aimes-tu ?
Quelles chansons ? Celles qui chantent
La soif de l'amour ou
Celles qui chantent le temps révolu ?

C'est un amour pauvre et non partagé,
Calme calme, qui ne brise pas
Le verre de tes jours choisis,
Ni attise le feu d'une lune froide
Dans ton lit.
Tu ne devines pas sa présence si, à sa place peut-être, une
obsession te fait pleurer
Tu ne sais ce que tu ressens lorsque, de tes bras, tu n'enlaces
Que toi !
Quelles nuits, désires-tu, quelles nuits ?
Et de quelle couleur sont ces yeux dont tu rêves,
Lorsque tu rêves ?
C'est un amour pauvre et partagé
Qui réduit le nombre des désespérés
Et hisse le trône des colombes sur les deux côtés.
A toi donc, de conduire
Ce printemps rapide vers ceux que tu aimes.
Quels temps désires-tu, quels temps ?
Que j'en sois le poète, ainsi et ainsi: chaque fois
Qu'une femme s'en va, au soir, vers son secret,
Elle trouve un poète marchant dans ses obsessions.
Et chaque fois qu'un poète va au plus profond de lui,
Il trouve une femme se dénudant devant se poème...

Quels exils désires-tu ?
M'accompagneras-tu, partiras-tu seule
Quand dans ton nom, un exil couronne l'autre
De tous ses feux ?

C'est un amour qui passe par nous
Sans que nous le remarquions.
Et il ne sait et nous ne savons
Pourquoi une rose dans un vieux mur nous disperse,
Pourquoi une jeune fille en pleurs à l'arrêt d'un bus
Croque une pomme puis pleure et puis rit:
Ce n'est rien, rien qu'une
Abeille qui vient de traverser mon sang...

C'est un amour pauvre qui observe
Longuement les passants et prend
Le plus jeune pour lune: Tu as besoin
D'un ciel moins élevé.
Sois mon ami et tu pourras contenir
L'égoïsme de deux êtres qui ne savent
A qui offrir leurs fleurs...
Il parlait peut-être de moi, peut-être
De nous, mais nous ne le savions pas.

C'est un amour...


Mahmoud Darwich


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vertuchou 94 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine