Magazine Sport

Bye bye, Big Jim

Publié le 27 mars 2016 par Ziril
Bye bye, Big Jim

Le premier son qui soit sorti de ma bouche fut FUCK! Mais pas juste fuck, en fait j'ai dit FUCK FUCK FUCK FUCK! Big Jim, mon idole, celui à qui je dois tant, à qui nous devons tous, est mort hier, de sa belle mort, d'une vie qu'il aura su remplir de mille aventures, de mille rêves et de mille émotions qu'il aura su partager avec nous. Jim Harrison, sans doute un des plus grands auteur américain de notre génération. En tous cas c'est comme ça qu'il est considéré. Alors pourquoi nous lui devons-nous tous autant ? D'abord, c'est des seuls auteurs que je connaisse qui soit capable d'écrire ces pensées qui nous traversent tous l'esprit, c'est aussi, au delà des histoires incroyables auxquels par lesquelles nous sommes absorbées, un magicien d'une poésie sans égale et qui raconte des histoires simples, à mille lieues de notre quotidien mais auxquelles nous pouvons nous identifier. C'est à mon avis celui qui décrit le mieux la vie des grands espaces, des petites vies qui semblent sans importances et qui sont d'une richesse extrême. Ensuite, si Le Mouching existe, c'est en partie grâce à lui, car je ne suis pas venu à la pêche à la mouche car mon père, mon grand-père ou un mentor m'a appris. Non, je suis venu à la pêche à la mouche après avoir lu les livres de Jim Harrison, c'est comme ça, il en a parlé, il l'a écrit, je l'ai vu dans des reportages, alors j'ai eu envie de faire pareil, car je me reconnaissais dans ses histoires et je voulais comprendre ces sentiments si particuliers dont il parlait. Alors, ce soir, je vais relire un extrait des et peut-être, ivre d'émotions, irais-je me plonger à nouveau dans Aventures d'un gourmand vagabond car c'est sans doute le livre qui le décrit le mieux Tarpon, chef d'œuvre de Guy de la Valdene qui réussit le tour de force de réunir dans un film sur la pêche d'un de nos poisson préféré, un trio d'auteurs incroyables et primordiaux de la littérature américaine contemporaine, Richard Brautigan, Thomas McGuane et Jim Harrison.

Voilà ce soir je suis triste, triste comme Chien Brun, un de ses principaux personnage, triste et orphelin.

Bye bye, Big Jim

Vous trouverez ICI tout ce que nous avons écrit sur Jim Harrison sur le Mouching.

Elektra publiera sous peu une bibliothèque idéale de ses œuvres. So long Big Jim. Sinon vous pouvez tout acheter et lire des nuits entières, cela est bon pour le karma. Vous pouvez bien entendu acheter

The Ancient Minstrel: Novellas, mais il sera bientôt traduit par Brice Matthieussent à qui nous pensons ce soir.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ziril 16619 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte