Magazine Société

La petite fille espérance de Charles Péguy

Publié le 27 mars 2016 par Francisrichard
La petite fille espérance de Charles Péguy

En 1916, la publie Le Porche du Mystère de la deuxième vertu de Charles Péguy. Il y a tout juste un siècle. Treize ans plus tard ce texte paraît en volume.

Quand je m'afflige de l'incompréhension des hommes entre eux,

quand je vois qu'ils ne s'aiment pas et qu'ils recuisent leur haine,

quand je constate qu'ils ne cherchent ni à se connaître ni à se comprendre,

quand les uns croient que leur dieu est supérieur à celui des autres,

quand les autres croient détenir la vérité qui échapperait aux uns,

quand les uns sont pétris de certitudes et s'en prennent à ceux qui doutent,

quand les autres collent des étiquettes, pour leur nuire, à ceux qui ne suivent pas la même route qu'eux,

quand les uns ne retiennent que les défauts des autres en oubliant les leurs,

quand les autres dénient aux uns toutes qualités,

quand les uns empêchent les autres d'avoir un avis

quand les autres interdisent aux uns de changer d'avis,

quand les uns sont péremptoires,

quand les autres sont injurieux,

alors, plutôt que de désespérer de la nature humaine, - Et le facile et la pente est de désespérer et c'est la grande tentation -, je relis le livre sublime de Charles Péguy et me console de ce qu'il dit de cette deuxième vertu théologale qu'est l', cette petite soeur, à laquelle les chrétiens eux-mêmes ne portent guère d'attention, leurs regards exclusivement tournés vers ses deux grandes soeurs que sont la et la :

Ce qui m'étonne, dit Dieu, c'est l'espérance.
Et je n'en reviens pas.
Cette petite espérance qui n'a l'air de rien du tout.
Cette petite fille espérance.
L'Espérance est une petite fille de rien du tout.
Qui est venue au monde le jour de Noël de l'année dernière.
Qui joue encore avec le bonhomme Janvier.
La Charité aime ce qui est.
Dans le Temps et dans l'Éternité.
Dieu et le prochain.
Comme la Foi voit.
Dieu et la création.
Mais l'Espérance aime ce qui sera.
Dans le temps et dans l'éternité.
Pour ainsi dire dans le futur de l'éternité.
L'Espérance voit ce qui n'est pas encore et qui sera.
Elle aime ce qui n'est pas encore et qui sera
Dans le futur du temps et de l'éternité.

Et quand je suis arrivé au bout de ma lecture, je demande à mon Créateur, puisque cela ne va pas de soi, de recevoir la grande grâce de continuer toujours à espérer.

Francis Richard

St Jean-de-Luz, Pâques 2016

Le Porche du Mystère de la deuxième vertu, Charles Péguy, 192 pages, Poésie / Gallimard

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Francisrichard 11991 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine