Magazine Asie

Sans préavis

Par Antoinehl

Le marché du travail indien est extrêmement fluide.
J’en ai eu une illustration ce matin. Un de mes juniors a donné sa démission vendredi, sans m’en informer d’ailleurs, et ce matin je me retrouve devoir réorganiser le boulot en catastrophe (il n’y a pas de principe de préavis de départ).

Les jeunes trouvent ici très facilement, du travail (en tout cas dans mon domaine d’activité) et il apparaît que malgré les efforts pour lier fortement les employés à leur agence (à coup de pots, de soirées et autres remises de diplôme), l’employeur n’est qu’un produit qui, s’il ne plaît plus, est proprement jeté.
Dans ce pays sorti du socialisme il y a moins de vingt ans, le capitalisme exacerbé rend la création d’une équipe de travail efficace particulièrement difficile à mettre en place. Quant à la maintenir plus de six mois, c’est encore une autre affaire…

Mise à jour 10h55: Ma junior est revenue bosser mais ne sait pas si elle sera la demain…
Mise à jour 13h15: Départ définitif dans une heure. Sans commentaire.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Antoinehl 24 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte