Magazine Asie

Bouge ton corps à Bangalore !!

Par Antoinehl

Hier soir, donc, nous sommes allés faire un tour en boite.
Le chemin pour y arrivé fut, on peut le dire, épique. L’intensité de l’eau qui se déversait du ciel noir ne faiblissant pas, nous sommes allé chercher un rickshaw. après d’âpres négociations, nous grimpons a bord et naviguons plus que roulons sur un chemin aquatique à travers la ville submergée par des torrents de boue.
Chanceuse Sarah qui était entre Guillaume et moi, et qui n’a été que peu trempée. A chaque tournant, le vent, changeant de direction, dirigeait alternativement sur Guillaume et moi ses hectolitres d’eau tiède.
Arrivée dans l’hôtel le plus chic de Bangalore entre des Mercedes et des 4×4, notre équipage avait un style décalé dont je profite à chaque instant de mon périple et qui fait de ce pays un espace si attachant.
Le décors du palace, irréel car immense, tranche incroyablement avec les rues d’où nous venons, et c’est passant devant un petit orchestre de musique classique, que nous sortons, accompagnés de Charlotte et Olivier, prendre un verre sous un grand patio.
Là, confortablement installé dans de larges canapés, nous séchons en discutant voyages et projets.
Mais l’heure tourne, et à 21h45, il est temps de rejoindre nos amis moustachus pour quelques heures de danses électriques à l’Athéna, la boite de nuit de l’hôtel.
Arrivée par un ascenseur, le bruit des basses se fait sentir de plus en plus et nous débarquons dans une grande pièce en longueur, avec des installations qui m’ont fait pensé à celles qu’Ira-Ito a concoctées pour le Cabaret à Paris, place du Palais Royal. Sur le bord de la piste de danses, de petites cellules tapissées de boudins en sky blancs accueillent les “members” de l’Athéna.
Musiques endiablées, remix de nos classiques des années 80 à la sauce indienne. La foule part comme un seul homme aux premières notes de musique, accompagnée d’un dj qu’une boite de province en France aurait probablement éconduit pour tapage verbal..
Le bar fermant à minuit, et la techno indienne ayant remplacé les précédant morceaux, nous nous éclipsons, laissant les bangalori se déhancher furieusement.
Retour en rickshaw sur des routes humides, petit plat de pâtes qui nous a tous rappelé nos rentrées de soirées françaises, et nous nous écrasons lourdement sur nos lits.

Aujourd’hui, grande balade en scooter à la recherche d’une possible Enfield (moto mythique de l’Inde) mais à part l’essai d’un modèle certes magnifique mais au demeurant poussif et lourd, et après avoir déjeuné royalement dans une gargote qui ne payait pas de mine dans les rues bondées de commercial street, nous rentrons épuisés à la maison avec une envie grandissante de faire une bonne sieste.
Mais à quoi d’autre servirait ce jour bénit?


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Antoinehl 24 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte