Magazine Histoire

Une religion qui n'ose pas dire son nom : le monothéisme du marché. Par Roger Garaudy

Par Roger Garaudy A Contre-Nuit

Une religion qui n'ose pas dire son  nom : le monothéisme du marché. Par Roger Garaudy

Acheter le livre


Le marché est un lieu d'échange contemporain de toute société
impliquant une division du travail. Depuis la préhistoire, où desateliers et des stocks de silex taillé témoignent qu'ils n'étaient pasdestinés à un usage personnel, mais à un troc contre d'autresmoyens de vivre, jusqu'au traditionnel marché de village, où l'onapporte ses oeufs, ses poulets, ses légumes pour les vendre enéchange d'autres produits d'outillage ou d'habillement, ou pourpayer les services du maréchal-ferrant ou du barbier.De l'une à l'autre forme de marché il y a une première différence:
l'existence d ' un intermédiaire, la monnaie, servant, à l'origine,
d'instrument de mesure pour ramener à un dénominateur communles produits de travaux différents en qualité et en quantité. Mais cemarché demeure un moyen de communication et d'échange. Lesfins dernières de la vie se définissent en dehors de lui, établies pardes hiérarchies sociales, des morales implicites ou explicites, desreligions qui n'ont en lui ni leur origine ni leur fondement.Le marché ne se transforme en une religion que lorsqu'il devientle seul régulateur des relations sociales, personnelles ou nationales,seule source du pouvoir et des hiérarchies.>> LIRE LA SUITE >>

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Roger Garaudy A Contre-Nuit 571 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines