Magazine

Ossip MANDELSTAM

Publié le 15 juin 2008 par Antwan

tes étroites épaules sous les coups rougiront,
sous les coups rougiront, dans la neige flamboieront.

tes mains enfantines soulèveront les fers,
elles soulèveront les fers et tresserons les cordes.

tes pieds tendres, à nu sur le verre,
à nu sur le verre, iront par le sable ensanglanté.

et moi pour toi – comme une chandelle noire je brûlerai,
comme une chandelle noire je brûlerai, interdit de prière.






I to spaddi strinti si stringhjarani torna
Suttu à i colpa
Suttu à i colpa in a nivi sarani luci

I to mani di zitedda pisarani i farra
Pisarani i farra è turciarani i funi


I to pedi tenari, nudi à nant'à u vetru
Nudi à nant'à u vetru, andarani
'n a rena insanguinata

ed eu par tè - com'è candedda nera mi
cunsumaraghju
com'è candedda nera mi cunsumaraghju
privu di prighera


in --- Tristia --- Poésie / Gallimard --- 1982.

...
trad. Stefanu Cesari
...
technorati tags: MandelstamStefanu CesariPuesia corsaPoésie corsePoesia corsacorsican poetry

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Antwan 197 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog