Magazine Bourse

Charlie Munger, l’alter ego de Warren Buffett

Publié le 18 avril 2016 par Martin Raymond @investiralabour
Charlie Munger, l’alter ego de Warren Buffett

Warren Buffett est souvent qualifié, et avec raison, du plus grand investisseur du monde. Or, les performances extraordinaires enregistrées par Berkshire Hathaway, au fil des ans, sont le résultat d'un travail accompli en duo par Buffett et son alter ego, Charlie Munger.

Munger exerce une très forte influence sur l'aspect décisionnel dans la gestion quotidienne de Berkshire. La place de choix qu'occupe Buffett dans la littérature financière, nous fait parfois oublier à quel point Charlie Munger est, lui aussi, un investisseur focaliséexceptionnel.

Voici d'ailleurs, le tableau des rendements du fonds " Charlie Munger Partnership", pour la période de 1962 à 1975, comparé à l'indice " Dow Jones ".

Le fonds de Munger était concentré sur très peu de titres et par conséquent, ses performances furent, comme on peut le voir dans le tableau ci-dessus, beaucoup plus volatiles que celles du Dow Jones.

Comme Munger suivait la méthodologie de Ben Graham, c'est-à dire, qu'il ne s'intéressait qu'aux entreprises s'échangeant en-dessous de leur valeur intrinsèque, il s'accommodait très bien d'une plus grande fluctuation des rendements de son fonds d'investissement.

Avec un écart type presque deux fois plus élevé que celui du marché, une majorité de gens pourraient penser que le fonds de Munger était très risqué. Pourtant surpasser le marché boursier par une marge de 17.9% sur une période de 14 ans, n'est pas le fruit de quelqu'un qui prend des risques, mais plutôt celui d'un investisseur intelligent qui avait la faculté de se focaliser sur quelques titres hors du commun qui s'échangeaient largement sous leur valeur intrinsèque.

Les actionnaires de Berkshire qui assistent aux assemblées annuelles de la société, années après années, connaissent la subtilité de son intelligence. Selon Buffett, " Charlie Munger est un homme avec des penchants psychologiques qui le poussent à rechercher une concentration toujours plus grande de sociétés qui se démarquent de la collectivité".

Encore une fois, un très bel exemple que la fluctuation boursière est l'amie, très appréciée, de l'investisseur focalisé.

Par Martin Raymond

Laissez moi votre commentaire sur l'article. Je vous invite également à partager cet article sur les réseaux sociaux.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Martin Raymond 330 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines