Magazine Cinéma

[Critique] Grimsby – Agent Trop Spécial

Par Régis Marton @LeBlurayphile
[Critique] Grimsby – Agent Trop Spécial

Un film de : Louis Letterier

Avec : Sacha Baron Cohen, Mark Strong, Pénélope Cruz, Rebel Wilson

Nobby Butcher n'a pas de boulot, mais cela ne l'empêche pas d'être heureux. Il a tout ce dont il peut rêver dans la vie : le foot, une petite amie géniale... et neuf gamins. Pour que son bonheur soit complet, il ne lui manque que son petit frère, Sebastian, dont il a été séparé quand ils étaient enfants.
Après trente ans de recherches, Nobby retrouve finalement la trace de Sebastian à Londres. Il ignore que celui-ci est devenu le meilleur agent du MI6...
Leurs retrouvailles tournent à la catastrophe, et voilà les deux frères en cavale. C'est alors qu'ils découvrent un complot visant à détruire le monde... Pour sauver l'humanité - et son frère - Nobby va devoir se lancer dans sa plus grande aventure. Pourra-t-il passer de l'état de bouffon niais à celui d'agent secret ultrasophistiqué sans faire trop de dégâts ?

Grimsby : Agent Trop Spécial, un film sans aucun intérêt en apparence

Sacha Baron Cohen est connu pour son humour trash et ses personnages décalés. Après avoir incarné ou il tient ici le rôle de Nobby Butcher, un anglais légèrement (beaucoup) simplet, à qui il ne manque que son frère pour avoir une vie " parfaite ", de son point de vue ceci-dit. Le film est réalisé par le français Louis Letterier, qui, comme à son habitude, n'est jamais brillant par sa réalisation. Il s'occupe simplement de faire le job, sans rien faire de plus. La structure et les personnages du film ne sont à accorder uniquement à l'univers personnel de son acteur/scénariste/producteur principal : le baron Cohen.

Grimsby : Agent Trop Spécial est une comédie d'espionnage, un genre de film qui a tendance à se populariser ces dernières années. Avec , Johnny English ou encore l'année dernière. Un genre de film aux principes très simples : on reprend les codes des " spy movies ", généralement des films célèbres - la source d'inspiration n°1 reste James Bond - et on brise ou tord ces codes. Généralement, le héros n'est pas très attirant, il est maladroit et arrive toujours à ses fins de manière complètement inattendue. Ce qui est comique est donc le décalage entre l'attente, générée par les codes ultra populaire du film d'espions, et le résultat effectif de ces personnages maladroits.

Grimsby : Agent Trop Spécial répond exactement au schéma de la comédie d'espionnage. Un personnage maladroit et pas très intelligent, ici Nobby. Il est accompagné par son frère, Sebastian interprété par Mark Strong, lui, par opposition très bon agent. Et ils doivent affronter une méchante au plan ridiculement diabolique qui consiste à détruire le monde, ici interprétée par Pénélope Cruz. Au niveau du détournement des codes, il n'y a pas grand-chose à dire, simplement parce que c'est ce qu'il y a de plus prévisible, le schéma est respecté à la lettre. A ce niveau-là, le film n'aurait aucun intérêt, et il faudrait simplement éviter de la voir. Mais voilà, Grimsby : Agent Trop Spécial est lié à un nom particulier, qui fait réviser l'apriori que l'on peut avoir et reconsidérer ce film, ce nom c'est Sacha Baron Cohen. Et ce que ce nom fait à un tel film, c'est qu'il devient purement con, trash et essentiellement, pour qui le souhaite ceci-dit, drôle.

L'humour du Baron Cohen

L'humour de Sacha Baron Cohen est, de toute évidence, borderline et trash. Il se construit sur la forme de l'accumulation. C'est-à-dire que là où on ne doit pas aller, il y va quand même, mais de manière progressive. On commence par annoncer le gag, souvent con, puis on rajoute une couche, puis une autre, jusqu'à dépasser les limites. C'est là que se situe, par exemple, la mémorable scène de l'éléphant - qu'on ne détaillera pas, mais qui a pu être censuré en Grande Bretagne, pour dire -. De là, se pose un point très important de ce genre de films, qui est le public cible. Pour qui Sacha Baron Cohen fait-il des films ? Certainement pas pour être vu entre gens avec un peu de décence. Il faut pouvoir rire à des blagues de pet pour rire devant les films de Cohen (même si, ici, le trait est forcé). Parce que ce qui fait rire dans Grimsby : Agent Trop Spécial, c'est sa connerie pure. Une connerie qui fuse à toute vitesse. On dépasse les limites, et ce qui impressionne dès lors, c'est la liberté de la bêtise. Après libre à soi (et à l'audience) d'accepter ou de nier cette liberté. Mais si on accepte le contrat implicite qui nous dit que les limites n'existeront plus, que ça va être simplement con, qu'il faut accepter toute la niaiserie du monde, parce que c'est juste qu'un gros délire, alors on vous promet de passer un moment plutôt rigolo. Reprocher à un tel film " d'être con ", est un non-sens, car oui, ce film est con et cela depuis ses fondations.

Grimsby : Agent Trop Spécial, est une bêtise totalement WTF, qui, si on accepte de se laisser aller, sera d'autant plus hilarant. Parce qu'il faut le dire, ce film est clairement hilarant. Il l'est et le restera tant que ce genre de film ne devient pas un modèle conventionné, soit une comédie trash d'espionnage. Ce qui fait l'essence des films trashs, c'est son public de niche, malheureusement, même si Sacha Baron Cohen en est l'une des figures les plus éclatantes, il participe paradoxalement à la popularisation de ce genre de film.

The following two tabs change content below.

[Critique] Grimsby – Agent Trop Spécial
[Critique] Grimsby – Agent Trop Spécial

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Régis Marton 2834 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines