Magazine

Ex Nihilo

Publié le 19 avril 2016 par 7bd @7BD
Ex Nihilo éditions Pirates Titre : Ex Nihilo
Dessins : Stéphane Douay
Scénario : Jean-François Kierzkowski
Editeur : les Editions Pirates
Année : 2015
Nombre de pages : 57
Résumé :
En 2015, le sportif Billy Pilgrim dont la passion du surf le dévore reçoit un texto bizarroïde très technique. Trois autres personnes (Evan Treborn physicien, Elise MCKenna médecin, et James Cole informaticien) scientifiques, en ont été destinataires. Billy Pilgrim décide de les contacter pour savoir s’ils ont compris quelque chose. Personne n’a rien compris mais cela intrigue beaucoup, le groupe de recherche composé de ces 4 personnes se forme alors, et 30 ans plus tard et un progrès technologique absolument incroyable, ils aboutissent à l’impensable : le voyage temporel n’est plus une fiction.

En effet, le quatuor a réussi à faire voyager une limace dans le temps sans conséquence notable sur l’équilibre de l’univers. De fait, motivé par ce petit succès, notre  surfeur devenu … décide de passer à la vitesse supérieure : envoyer un être humain voyager dans le temps, et ainsi tester différents paradoxes possibles pouvant donc perturber l’équilibre spatio-temporel. Mais qui peut être assez fou pour se lancer dans l’aventure ? Et bien tout simplement un être qui n’a plus rien à perdre, et l’heureux élu sera donc : le maladroit Mac Mouche, prisonnier et condamné à mort…
Mac Mouche, ce héros anonyme va donc tester sept paradoxes pour notre plus grand bonheur :
  • Le paradoxe du père
  • Le paradoxe de la mère
  • Le paradoxe de l'écrivain
  • Le paradoxe de la boucle
  • Le paradoxe de la limace
  • Le paradoxe de la masse
  • Le paradoxe de l'âge
A chaque mission, Mac mouche sera donc envoyé au fameux bar internationalement connu: le «12 bonobos ». 
Mon avis :
Ex nihilo est une expression latine signifiant « à partir de rien »….
Ce one-shot est la deuxième BD publiée par les éditions pirates (et le 3eme ouvrage), et voilà encore une très bonne surprise.
Ce livre est une succession de mini histoires toutes plus farfelues, rocambolesques, et divinement marrantes les unes des autres.
Le sujet principal est le paradoxe temporel, et l’on peut dire que les deux auteurs (JF Kierzkowski et SB Douay) s’en sont donné à cœur joie pour tirer le plus absurde des situations grandement cocasses et imaginables sur ce thème.

Ex Nihilo éditions Pirates planche 7

Planche 7


Le dessin, le style, les mises en scène, les effets, les couleurs :
Le dessin accompagne très bien le scénario et ne manque pas d’originalité, mais le style employé ne peut pas plaire à tout le monde et certains penseront peut être que le trait reste trop simple en regard de la complexité du scénario.
Le type de dessin déployé est du semi-réaliste caricaturé avec un trait dynamique et saccadé, très anguleux. Il fait penser par moment au trait employé dans les vieux comics américain ou les anciens polars noirs. Il laisse aussi évidement la part la plus belle aux dialogues et à la narration.
Les mises en scène focalisent majoritairement sur les personnages au détriment des « décors ». Les détails limités sont amplement suffisants, et certaines scènes ont même beaucoup de charme quant à leurs aspects schématiques.
Les perspectives sont belles et bien tenues, les cadrages sont très adroitement réalisés et malgré l’environnement SF affiché, les effets utilisés ne sont pas si nombreux que cela. Ces derniers sont donc parsemés par de-ci, par-deçà, aux bons endroits et sont efficaces.
Les couleurs arborées instaurent une ambiance thriller, majoritairement sombre voire presque ternes, mais les petites touches de rouge et de couleurs chaudes ravivent et animent l’ensemble pour admirablement placer l’effet comique des situations.
Ce dessin est donc très professionnel et on finit par y prendre gout.

Ex Nihilo éditions Pirates planche 5

Planche 5


Le scénario, le découpage :
JF Kierzkowski, après son terrible « la suite de Skolem », nous prouve une nouvelle fois son admirable talent à nous écrire des scénarii exceptionnels ! Et c’est le mot car ces méninges ont dû bruler un peu pour pondre cette suite d’historiettes hallucinantes et excessivement comiques, tout en finissant par une cohérence globale que l’on ne voit absolument pas venir au cours de la lecture.
Vous l’aurez donc compris, chaque histoire nous amène un éclat de rire soudain et inattendu. La lecture de ces hypothèses successives nous dirige vers un bordel ans nom. Mais ce foutoir burlesque des récits a été finalement brillamment et savamment orchestré pour que l’ensemble scénaristique retombe sur ces pattes sans aucune égratignure.  Pour ma part, j’appelle ça du génie scénaristique !
Les dialogues sont très savoureux mais quelquefois un peu prolixes, à la façon politicards, pour maintenir un côté « logico-scientifique».
Le découpage est tout aussi chaotiquement ordonné sur de grandes pages avec de nombreuses vignettes est lui aussi mené avec exemplarité. Les case, cadrages et artifices de découpe s’enchainent à vive allure mais rien ne nous fait perdre le fils !
Bravo aux artistes !
Je conclurai en disant ces simples mots : Messieurs les créateurs, j’en veux encore des récits ex-nihilo comme cela !!
Ciao, 
Yann
Inscrivez vous à notre newsletter :

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


7bd 7033 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte