Magazine Livres

Carthage

Par Byrsa
Donc, il ne reste rien de l’antique cité,
Rien qu’un sol désolé, sans le moindre vestige,
Rien pas même une tour imposant le prestige
De ses murs lézardés et de sa vétusté.
Rien qu’un nom, et ce nom a l’immortalité.
L’ombre des temps défunts autour de lui voltige,
Et malgré soi l’on pense ; et l’on a le vertige.
Des siècles effondrés tous dans l’éternité.
Chucri Ghanem ( 1861- 1930) poète libanais
Poème lu dans Carthage de Daniel Rondeau, Nil Editions

Subscribe to ByrsaOnLine


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Byrsa 196 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines