Magazine Football

Macho, macho man…

Publié le 15 juin 2008 par Benjphil
1979414844_soccer_international_friendly_austria_v_england_ernst_happel_stadiumJürgen Macho est le gardien titulaire de la sélection autrichienne, dénué de cuire, de moustache et de lunettes noires, c’est dans la sobriété que le dernier rempart de l’AEK Athènes va de chance en malchance.
C’est sous les couleurs du First Vienna FC qui le jeune Jürgen apprend le métier de gardien de but. À l’âge de 20 ans, il est numéro deux, il ne dispute qu’une vingtaine de matches en trois saisons, mais son mètre 92 se fait remarquer du côté de l’Angleterre et Sunderland lui propose de venir jouer en Premier League au tournant des années 2000.
Doublure du Danois Thomas Sørensen, Macho ronge son frein et ne dispute que 22 matches de championnat en trois ans. Néanmoins c’est en 2002 que lui est proposée la première de ses 15 sélections (avant le début de l’Euro). Fin de contrat, l’Autrichien devient le troisième gardien de Chelsea en 2003. Une seule saison (histoire de se remplir les poches ?) et Jürgen s’en retourne au pays. Au Rapid de Vienne. Mais là non plus, on ne lui fait pas assez confiance et il ne dispute que huit matches de Bundesliga jusqu’à la trêve et décide d’à nouveau s’en aller pour jouer. Kaiserslautern lui offre cette possibilité. Un an  et demi de contrat et 54 matches de championnat, Macho a enfin la possibilité de s’affirmer et de gagner en confiance… en 2.Bundesliga ! Comme le 1.FCK rate la montée en 2007 (finissant 6è pour 3 équipes qui montent), Jürgen ne souhaite pas poursuivre l’aventure. À quand le haut niveau ? La Grèce ? Pourquoi pas, après tout c’est le pays Champion d’Europe en titre. Pas mauvaise idée à un an de l’Euro à domicile. Et c’est dans le troisième club hellène qu’il débarque : À l’AEK Athènes. Macho est titulaire, enfin.

Ça tient à peu de chose…

26844694_pEt comme quoi, le 13 est vraiment un nombre tout pourri, Macho ne passe pas loin de rendre son tablier pour sa treizième sélection. Le 16 novembre 2007, lors d’un match amical contre l’Angleterre, le portier autrichien effectue une sortie aux fraises contre Peter Crouch et se prend l’épaule du géant red en pleine poire. Sur le coup ou bien en atterrissant au sol, Jürgen avale sa langue. Sa présence à l’Euro témoigne qu’il s’en est remis, mais bon. Il est retenu dans le groupe des 23 appelés à disputer l’Euro domestique, mais pas en tant que titulaire. L’histoire de toute une vie ! C’est Helge Payer, le portier du Rapid Vienne, qui garde la maison Autriche. Mais voilà des examens ont révélé fin mai un problème veineux dans l’abdomen  contraignant le joueur à une hospitalisation et à rester hors des terrains pendant six mois. L’Euro ça sera à la télé pour lui.
Du coup, le sélectionneur Josef Hickersberger se prend la tête à deux mains et n’annonce que le matin du premier match du groupe B, contre la Croatie, qui joue entre Macho et Alexander Manninger (qui évolue à Sienne).
Si la sélection Autrichienne a beaucoup de cœur à l’ouvrage, les déficiences techniques et tactiques sont nombreuses (101è à la FIFA). Mais Jürgen Macho n’est pas en cause sur le penalty concédé face à la Croatie (0-1) et c’est davantage la défense autrichienne, dans son ensemble, qui fait preuve de naïveté sur le but de Guerreiro contre la Pologne (1-1). Je vous aurez bien remis les vidéos, mais l’UEFA a des raisons que la raison ignore…
Le choix du gardien se révèle judicieux, étant donné que le portier de l’AEK n’est pas coupable de bourde façon Petr Cech. La presse locale croit en son for intérieur que l’expérience aquatique anglaise de Macho ainsi que l’aptitude à gérer les ballons aériens et à faire le beau sur sa ligne de but ont fait la différence face à Manninger. C’est con, il n’est pas tombé une goutte lors des deux matches.

vastic185_351659aJouer la qualification contre la Mannschaft.

Peu d’observateurs donnaient une côte à la Wunderteam pour jouer sa qualification lors du troisième match contre l’Allemagne. Ce soir, Macho sera mis à contribution face à l’armada offensive de la bande à Löw. Face Gomez, Klose et Podolski (sans compter les frappes de loin de Frings et Ballack), Macho devra instituer l’état de miracle permanent en espérant qu’Ivica Vastic et ses 38 ans inscrivent un deuxième but dans la compétition après le peno contre la Pologne qui a fait de lui le buteur le plus âgé de l’histoire de la compétition. Le tout en pensant très fort à une contre performance de la Pologne contre la Croatie.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Benjphil 176 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines