Magazine Culture

Meadowlands épisode 1.06

Publié le 15 juin 2008 par Red

meadowlands_1 meadowlands_2 meadowlands_3

Contre toute attente, plus les épisodes avancent moins l'adrénaline se fait présente. Comme je l'ai dit dans la critique de l'épisode précédent, la tenacité qui faisait la force de la série a disparu et on s'oriente vers quelque chose qui manque de solidité et c'est assez, voire très différent de ce que je pensais être Meadowlands à ses débuts. Ca reste évidemment intelligent dans les dialogues, portant à réflexion et portant facilement à curiosité mais à part ça, les intrigues proposées ne sont pas très passionnantes à l'exception de celle de Zoé et Tom.

Danny est l'archétype assez facile de l'antihéros, le type qui prend le devant sans savoir où mettre la tête. Ca se voit à travers cet épisode où il subit une confrontation indirecte avec Freddie. Je l'avais dit dans une review précédente, la série est aveuglée par son optimisme puisque les scénaristes enchaînent (assez tardivement malheureusement) les mystères, voulant épaissir la couche mystérieuse de la série mais là c'est trop. Le téléspectateur est presque dans le déni complet, ça manque de clareté à certaines reprises. Déjà en ce qui concerne Freddie. Qui est-il exactement? Il dit avoir des pouvoirs (à la Heroes) comme produire du feu grâce à ses mains mais d'un autre côté, son intrigue est basée sur le conflit mental qui le lie à Danny (ou un truc assez louche du genre). Si j'ai bien compris, Danny a la capacité de controler l'esprit d'une personne et en l'occurence, dans cet épisode, c'est de Danny qu'il s'agit puisqu'il se pose trop de questions, entre la mort de Jack et les deux mots qu'on nous répète tout le temps et qui forment le titre initial de la série: CAPE WRATH! C'est intelligent et très mystérieux, mais on ne sait pas vraiment où se poser dans l'intrigue. L'équilibre entre le connu et l'inconnu n'est pas (encore?) atteint et puis je vois pas le rapport entre le feu et le conflit mental.

La seule partie intéressante est celle de Zoé et Tom. Deux personnages à la fois complémentaires et intriguants. Au final, on ne sait quasi rien sur les deux personnages, même Zoé qu'on voit pourtant depuis le pilote (alors que c'est pas le cas pour le second personnage). Et c'est peut être pour ça que ça marche. Le téléspectateur est assoifé de réponses, on joue assez aisément avec nos nerfs en ne révélant que très peu (rien dans cet épisode) à propos de Tom et ça fonctionne (assez paradoxalement). La dimension intriguante se retrouve dans les dialogues encore une fois pointus et recherchés. Bref, la partie que j'attendais à chaque scène où je m'ennuyais.

Une grande fraction de l'épisode est dédiée à Samantha qui s'offre le privilège de quitter Meadowlands pour retrouver son père mourant, atteint d'une tumeur, à Londres. Déjà, l'aspect plus ouvert dû au fait que l'on suit des personnages hors-Meadowlands est plutôt frappant, c'est là qu'on voit que la série a rapidement sû habituer son public à l'environnement cloisonné de cette ville/banlieue tantôt paradisiaque, tantôt infernale. Mis à part ça, la série multiplie à nouveau les questions trop tôt dans l'épisode et ça manque de punch. C'est assez lent finalement. Bon on apprend quand même beaucoup sur le passé de Samantha, notamment qu'elle est le résultat d'une sorte d'expérience (engagée par son soit-disant père si j'ai compris) et qu'elle a été enfermée pendant plusieurs années avant de découvrir le monde et s'autodévelopper les sentiments que ressentent les humains (hum, petit remake de Kyle? ;)). Comme dans le 104, on s'attarde sur des personnages sans intérêt majeur malgré leur importance dans le scénario. On notera néanmoins la froideur de Samantha face à la mort de son père adoptif vers la fin de l'épisode.

Ce qui concerne David et Evelyn est à nouveau peu intéressant. On tourne en rond à vrai dire, ce jeu entre les personnages commence à devenir lassant surtout que c'est pas présenté de la meilleure manière avec Abigail qui demande à son mari de coucher avec elle en pensant à Evelyn.

En parallèle, Mark fait face à la demande de rupture soudaine de Brenda, de peur que quelqu'un découvre leur liaison secrète (déjà que Zoé a des doutes sur les occupations et le changement de comportement frappant de son frère). Une intrigue discrète, posée en arrière-plan qui a le mérite d'adoucir le sentiment de froideur qui parcoure l'épisode.

EN BREF : Un épisode faible car peut intéressant. Son gros point faible, c'est très certainement de traiter d'éléments scénaristiques d'une manière assez confuse au point qu'on ne sait plus réellement dans quel genre classer la série. Science-fiction carrément? Je ne voyais pas la série comme ça du tout et ca ne me plaît pas totalement à vrai dire. Je préfère le drame criard de cynisme, hurlant d'injustice, précisément strident :) Zoé et Tom ont le mérite d'avoir retenu mon attention au cours de cet épisode assez long et à certains moments ennuyeux.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Red 41 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte