Magazine Politique

Centre de gravité

Publié le 16 juin 2008 par Alain Hubler

Panneau En général, en physique, la notion de centre de gravité est relativement bien définie. C’est le centre des poids d’un objet, ou, si vous préférez, le point ou tout le poids d’un corps peut être concentré.

En urbanisme, cette notion est beaucoup plus vague

C’est en tout cas ce que doit – devrait - se dire Maître Olivier Verrey, grand défenseur des arts devant l’éternel et surtout président ou membre d’une nuée d’institutions culturelles. Des institutions parmi lesquelles on trouve la Cinémathèque suisse et la Fondation de soutien au nouveau musée des beaux-arts à Bellerive.

C’est justement à ces deux institutions que l’on doit la notion à géométrie variable de «centre-ville» pour Lausanne.

Le 4 juin dernier, Hervé Dumont affirmait dans les colonnes de 24 Heures «L’esplanade de Montbenon est certes charmante, mais la ville n’en fait rien. Du coup, on est isolé. Se rapprocher du centre-ville permettrait de poursuivre les efforts que j’ai entrepris pour enlever son côté chapelle à la Cinémathèque.»

Autrement dit, l’Esplanade de Montbenon – qui est dotée d’une vue exceptionnelle sur le lac et les Alpes - pourtant située à deux minutes de la station Vigie du m1 juste au-dessus du quartier du Flon et à 5 minutes de la place Saint-François est pratiquement à la cambrousse selon le directeur sortant de la Cinémathèque suisse.

Le même jour, Pierre Starobinski et le comité de soutien au nouveau musée cantonal des beaux-arts sur le site de Bellerive s’en prenaient vertement à celles et ceux qui préfèrent conserver le Musée des beaux-arts à la Riponne, soit au centre-ville. Les défenseurs de Bellerive contestent «l’illusion d’un centre-ville immobile. Il va et vient de la Riponne à Ouchy».

Autrement dit, les bords du lac de Bellerive sont au centre-ville même s’ils sont à environ 3 kilomètres de bus de la place Saint François. Et surtout ils sont mobiles !

La périphérie de l’un est le centre de l’autre alors que le centre de l’un est la prériphérie de l’autre. Comprend qui peut cette relativité généralisée qui ne fait en tout cas pas honneur à Albert Einstein qui a passé une partie de sa vie à traquer les invariants.

Je terminerai ce billet sur un conseil pour les visiteurs de la ville de Lausanne. Si vous venez en voiture et que vous suivez les panneaux de circulation indiquant le «centre», méfiez-vous, il y en a peut-être un qui vous conduira droit au fond du lac.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Alain Hubler 199 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines