Magazine Football

Une humiliation de plus pour un Milan à l’agonie

Publié le 02 mai 2016 par Passionacmilan

BerlusconiAprès le match nul (0-0) contre Carpi et la défaite humiliante (2-1) contre une équipe de Vérone pratiquement reléguée, l’AC Milan a poursuivi son calvaire contre Frosinone, autre équipe très certainement condamnée à la relégation. Le match nul (3-3) obtenu de toute justesse à San Siro fait chuter les Rossoneri à la 7° place hors de la zone qualificative pour l’Europa League. Une qualification qui semblait pratiquement acquise avant le licenciement de Mihajlovic… Une décision qui reste toujours aussi inexplicable de la part des dirigeants et qui mène l’AC Milan tout droit vers un énième échec total.

Brocchi est certainement le moins coupable. Son idée de jeu n’est peut-être pas mauvaise mais demande du temps et de la sérénité pour la mettre en place : tout ce qui manque à Milan depuis des années. Berlusconi veut tout, tout de suite mais veut surtout l’impossible : une tactique imposée et une équipe médiocre qui doit pratiquer du beau football et obtenir des résultats utopiques : les entraineurs mis à la tête d’un effectif qui laisse à désirer sautent les uns après les autres.

Ecarter Mihajlovic (qui avait le soutien des Rossoneri), placer un débutant à la tête de l’équipe à 6 matches de la fin de la saison et penser pouvoir révolutionner une équipe en imposant le 4-3-1-2 après avoir évolué 6 mois en 4-4-2, et avec une qualification européenne en jeu, est de la pure folie. Une folie que Milan paie le prix fort.

Milan ne disputait pas une saison une saison exceptionnelle, tant au niveau du jeu que des résultats, mais grâce à un groupe uni et une tactique équilibrée, l’équipe de Mihajlovic avait obtenu une solide 6° place synonyme de qualification en Europa League. Tout cela avant que Berlusconi ne décide de détruire les bases construites par Mister Sinisa (les rumeurs disent qu’à Milanello et Casa Milan tout le monde était au courant que Mihajlovic se préparait à démissionner peu importe le résultat de la Coupe d’Italie. Et pour éviter une telle humiliation (surtout en cas de victoire en finale!), Berlusconi a pris les devants).

Aujourd’hui, à moins d’un miracle, l’Europe restera un mirage pour Milan pour la troisième saison consécutive : un échec qui doit faire réfléchir à tous les niveaux car malgré 5 entraineurs différents et 100M investis l’été passé, rien ne change. C’est la ligne directrice de Milan depuis quelques années : repartir à zéro chaque année pour finalement rien changer.

Milan est un club à la dérive. Les dirigeants sont complètement dépassés, croient que l’AC Milan est un top club égal au Bayern Munich et Barcelone, ne comprennent pas que l’équipe est surestimée et pensent donc sans cesse que l’entraineur est la cause des mauvais résultats. Un cercle vicieux duquel il semble impossible à sortir tant que le club restera dirigé par Silvio Berlusconi et Adriano Galliani.

L’équipe est mal construite. Pas même un mercato millionaire a permis de redresser la barre. Plus que l’argent, ce sont les idées et la compétence qui manquent à Milan. Les responsables sont les dirigeants, sans l’ombre d’un doute. La fracture entre les tifosi et les dirigeants ne fait que s’agrandir, l’incompréhension est totale, la déception réciproque et l’issue est unique : tourner la page.

Cloturer le chapitre Berlusconi qui a apporté 25 années grandioses 5 années décadentes, ridicules et humiliantes et repartir à zéro avec une nouvelle société, des idées fraiches et une vision moderne du football. Cela n’a plus aucun sens de continuer sur cette voie destructrice, l’AC Milan subit trop d’humiliations pour des tifosi et un club qui ne méritent pas ça. Quand et où cela va s’arrêter?


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Passionacmilan 14513 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines