Magazine Journal intime

Les bancs publics, un succès rentable

Par Scoopotron

Suite à l’indignation des personnes âgées qui ne comprennent pas comment une telle mesure à pu voir le jour, l’un des instigateurs (qui a souhaité rester anonyme de crainte des représailles) réplique : « Tout cela est parfaitement normal. Le fonctionnement est le même que pour un parking. Il n’y a pas de raison pour qu’on paye le stationnement de sa voiture et qu’on ne paye pas son propre stationnement. » Autrefois synonymes de répit et de quiétude, les bancs publics n’ont donc pas échappé à la déferlante des emplacements payants. Certains citoyens saluent cette mesure qui devrait leur permettre de pouvoir en profiter davantage. Il devenait en effet difficile de pouvoir en trouver un où s’asseoir.
Les tarifs, quant à eux, varieront en fonction de la durée du stationnement, de l’emplacement du banc, de son confort et de son exposition selon la saison (un banc à l’ombre coûtera donc plus cher en été qu’en hiver). En ce qui concerne ce procédé, les avis des usagers restent partagés. Pour avoir testé le dispositif l’hiver dernier, Damien R., 27 ans, raconte : « On croit parfois avoir trouvé le banc parfait mais lorsqu’on y revient une heure plus tard, on s’aperçoit que les tarifs ont augmenté parce que le soleil a décliné et le banc, auparavant au soleil, est maintenant à l’ombre. » Au contraire, Emmanuelle J., 31 ans, explique que « C’est un plaisir d’aller retrouver mon banc préféré sans savoir ce qui m’y attend, soleil ou ombre. C’est toujours une surprise et je m’amuse beaucoup à essayer de deviner. »
Autre point important, des bancs publics VIP vont également voir le jour avec différents gadgets intégrés. Vous pourrez ainsi utiliser un parasol ou un brumisateur en été, ou encore chauffer votre banc en hiver. Evidemment, ces bancs plus performants engendreront des coûts de stationnement supérieurs aux autres. Les prix varieront notamment en fonction de l’utilisation des gadgets.
Par exemple, en hiver, plus un individu sera corpulent et plus il faudra chauffer une surface de banc importante. Mireille P., 42 ans, s’en réjouit déjà : « Je viens de perdre 10 kilos alors ça tombe plutôt bien ! ». Il en sera de même pour la température du corps. En été, plus les utilisateurs des bancs auront chaud et plus les brumisateurs seront mis à contribution. En conséquence, il est tout à fait légitime de revoir les prix à la hausse. Mais selon nos sources, il sera possible d’étaler ses paiements sur plusieurs mois. Une rumeur circule également sur un abonnement à l’année, mais rien de sûr encore.
En revanche, il s’avère que si des citoyens souhaitent voir des intégrations spécifiques dans les bancs, il est tout à fait possible de faire part de ses réclamations sur www.monbancmonespace.fr .

Quoi qu’il en soit, il faudra dorénavant compter sur son porte-monnaie pour pouvoir s’asseoir sur un banc. Dans une logique de « développement rentable », ils devraient également voir leur nombre croître dans les années à venir. Le but de cette mesure : financer la création de nouveaux parkings et permettre à tous les citoyens de profiter des bancs publics.

Auteur : Fubiz


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Scoopotron 173 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte