Magazine Info Locale

Si le Poitou tremble, c'est plutôt rassurant

Publié le 22 mai 2016 par Blanchemanche
#risquesismique #PoitouCharentes
Jean-Christophe Audru : le BRGM dont il dirige l'antenne régionale est chargé de modéliser en temps réel pour les autorités les dégâts potentiels en cas de séisme majeur.
Jean-Christophe Audru : le BRGM dont il dirige l'antenne régionale est chargé de modéliser en temps réel pour les autorités les dégâts potentiels en cas de séisme majeur. - Jean-Christophe Audru : le BRGM dont il dirige l'antenne régionale est chargé de modéliser en temps réel pour les autorités les dégâts potentiels en cas de séisme majeur.Jean-Christophe Audru : le BRGM dont il dirige l'antenne régionale est chargé de modéliser en temps réel pour les autorités les dégâts potentiels en cas de séisme majeur.
La terre a tremblé à quatre reprises ces jours derniers dans la Vienne. Pas de quoi s’inquiéter pour Jean-Christophe Audru, le patron régional du BRGM.
Par quatre fois, entre le 14 avril et le 17 mai, les habitants de la Vienne ont pu sentir la terre trembler sous leurs pieds. Les épicentres de ces séismes de magnitude modérée étaient tous situés à l'extérieur du département : dans le Bocage deux-sévrien le 14 avril, près de La Rochelle le 28, au sud-est de Chinon le 2 mai et à Saint-Savinien, près de Saintes, le 17.
Avec une magnitude de 4,9, le tremblement de terre du 28 avril est l'un des plus importants ressentis dans la région depuis un demi-siècle. Hormis quelques lézardes sur l'église de Thairé (17), il n'a cependant pas provoqué de dégâts. Face à cette succession de secousses assez exceptionnelle, nous avons demandé à Jean-Christophe Audru, le nouveau directeur territorial du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), de commenter cet événement. Le suivi des risques naturels est l'une des prérogatives du BRGM. Jean-Christophe Audru exerçait jusqu'en septembre en Martinique où l'activité sismique est autrement plus importante que sous nos latitudes.

Pourquoi la terre tremble-t-elle en Poitou-Charentes ?« C'est assez simple. L'Afrique remonte vers l'Europe. Cela pousse les Pyrénées et ça comprime les sols plus au nord. Le Poitou se trouve au cœur de l'ancien massif hercynien. Ce massif, qui va de la Bretagne au Massif Central, est organisé autour de failles. L'énergie y est emmagasinée et finit par lâcher. L'onde se propage alors dans toutes les directions. »Les quatre séismes des jours derniers sont-ils liés entre eux ?« C'est difficile à dire. En tout cas, on ne peut pas parler de répliques, les épicentres étant différents. »Nucléaire : le risque sismique pris en compteNotre région est-elle considérée comme une zone sismique ?« Le zonage sismique adopté en 2011, classe le nord-ouest de la région, incluant toutes les Deux-Sèvres et la moitié ouest de la Vienne, zone à risque modéré, le reste de la région étant en zone à faible risque. Dans la première de ces zones, des normes parasismiques adaptées sont imposées aux nouvelles constructions. »Le séisme du 28 avril était-il potentiellement dangereux ?« Il faut distinguer la magnitude d'un séisme du ressenti des habitants, qui varie selon la distance de l'épicentre mais aussi de la nature du sol sur lequel vous vous trouvez. Les sols de marais par exemple amplifient les ondes. De petits séismes qui font tomber des tuiles peuvent s'avérer mortels avec un peu de malchance ! »Ces microséismes, il y en a beaucoup dans la région ?« Il y en a tout le temps, y compris des séismes provoqués par les activités humaines, les carrières, les forages… »C'est plutôt inquiétant, non ?« Au contraire : quand la terre tremble régulièrement, ça veut dire que l'énergie se dissipe. Le risque de séisme majeur s'éloigne. A l'inverse, nous connaissons, par exemple en Iran, des zones sismiques où il ne se passe rien. Le jour où la terre tremblera, ça risque d'être une catastrophe. »Chaque fois que la terre tremble en France, on s'inquiète pour nos centrales nucléaires. A-t-on raison ?« Les centrales nucléaires sont construites pour résister aux séismes éventuels des régions où elles sont construites. On a pris un indice connu de tremblements de terre dans le secteur et on y a ajouté un coefficient de sûreté. Non, avoir construit une centrale nucléaire à Civaux ou à Chinon n'était pas déraisonnable. » Le bureau central sismologique français (BCSF) recueille sur son site (http://www.franceseisme.fr/) les témoignages des personnes ayant ressenti les effets d'un tremblement de terre. Ces témoignages permettent aux scientifiques d'affiner leur connaissance des effets d'un séisme dont ils ne connaissent au départ que la magnitude.en savoir plusLoudun, le 6 octobre 1711Les historiens ne font état que d'un seul tremblement de terre d'importance dans ce qui est aujourd'hui la Vienne au cours des derniers siècles. Il a eu pour épicentre la ville de Loudun et est survenu le 6 octobre 1711. Il a été ressenti du Havre jusqu'à Limoges.
Plusieurs lettres et rapports, d'ecclésiastiques notamment, à Loudun, mais aussi à Moncontour et dans d'autres villages de la région, font état de nombreux dégâts : cheminées tombées, constructions abattues dont une partie de la porte du Martray… On ignore si ce séisme, suivi de deux répliques le lendemain, a fait des victimes, mais c'est plus que probable, au moins des blessés.
Un autre séisme a causé des dégâts notables en Poitou, les 2 et 9 janvier 1772. Son épicentre était à Parthenay.
Depuis près d'un demi-siècle, on ne déplore aucun décès dû à un tremblement de terre en France métropolitaine. Le dernier a été enregistré le 13 août 1967 à Arette (Pyrénées-Atlantiques), où 340 maisons ont été détruites.
Propos recueillis par Vincent Buche22/05/2016http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Environnement/n/Contenus/Articles/2016/05/22/Si-le-Poitou-tremble-c-est-plutot-rassurant-2723076

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29324 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte