Magazine Info Locale

La Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes purge ses finances

Publié le 28 mai 2016 par Blanchemanche
#NouvelleAquitaine

Par Jean-Philippe Déjean  |  27/05/2016

Alain Rousset (à droite) ne compte pas abandonner l'industrie.
Alain Rousset (à droite) ne compte pas abandonner l'industrie. (Crédits : DR)
Le premier budget primitif d’Aquitaine Limousin Poitou-Charentes (ALPC) doit rééquilibrer une situation budgétaire sapée par les déséquilibres enregistrés dans l’ex-Poitou-Charentes.
Le Conseil régional d'Aquitaine Limousin Poitou-Charentes (ALPC) vote ce vendredi 27 mai son premier budget primitif depuis la fusion, qui s'élève à 2.817 M€, par agrégation de la dette, des crédits, etc. Mais pour y voir plus clair entre ce budget produit de la fusion des régions Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes (ALPC) et son équivalent 2015 consolidé à l'échelle du même périmètre, Alain Rousset a prévenu, hier jeudi, lors de la présentation de l'assemblée plénière de ce vendredi, qu'il fallait tout d'abord en retirer les fonds gérés pour le compte de l'Union européenne (28,7 M€) et lancement du "Plan 500.000 formations" (47 M€). Et puis la fusion s'est elle-même compliquée du fait des problèmes découverts dans le budget de l'ex-Poitou-Charentes.
"Dans ce premier budget nous avons dû intégrer les opérations qui n'ont pas été réglées par l'ex-Région Poitou-Charentes, soit 128 M€ de retards de paiement et 69 M€ en rééquilibrage budgétaire", résume Alain Rousset.

Un budget hors dette à + 4,82 %

A ces 197 M€ de coûts à caractère exceptionnel s'ajoutent 18 M€ de dépenses récurrentes, dont 10 M€ pour la reconduction de la convention de la Région avec la SNCF (liée au trafic des trains express régionaux -TER) et la hausse de la masse salariale des trois régions fusionnées, soit + 8 M€. Cette évolution est liée à l'augmentation du point d'indice des agents, combinée à l'évolution du glissement vieillesse technicité (GVT), qui fait croître la masse salariale du fait de l'augmentation des qualifications et de la rémunération des personnels avec l'âge. "Oui mais grâce à la bonne santé budgétaire de l'Aquitaine, nous allons adopter un programme d'économies de 99 M€, ce qui ramène le budget hors dette à 2.527 M€", souligne Alain Rousset. Soit une hausse de + 4,82 % (116 M€) par rapport au budget consolidé 2015 hors dette des trois régions (2.411 M€).

Faire toutes les économies possibles

Le surcoût financier lié à l'assainissement de la situation budgétaire dans l'ex-Poitou-Charentes fait grimper le montant de l'emprunt consolidé à l'échelle des trois régions pour soutenir les dépenses d'investissement. L'emprunt consolidé passe ainsi de 507,3 M€ en 2015 à 652 M€ dans ce budget primitif 2016.
"La capacité de désendettement de la Région Aquitaine en 2015 était de 2,3 ans, celle du Limousin de 7 ans et de Poitou-Charentes de 20 ans. Aujourd'hui, avec ces mesures budgétaires nous devrions en être à 6,8 ans, ce qui sera validé en fin d'année après l'exécution du budget. Mais en cours d'exercice on ne se privera pas de faire toutes les économies possibles, et puis tous les crédits ne seront pas obligatoirement dépensés. Mon objectif est de descendre au-dessous de 5 ans d'ici la fin du mandat" annonce Alain Rousset.
Hors dette, le budget en dépenses de fonctionnement augmente de 113 M€, à 1.601 M€, tandis que celui destiné à l'investissement progresse de + 3 M€, à 925,5 M€.

Extension de l'Usine du futur

Avec ce premier budget Alain Rousset veut réussir la transition entre 2015 et 2016, réparer les dégâts budgétaires constatés en Poitou-Charentes, avec notamment l'arrêt de certaines politiques, comme il l'a déjà fait savoir, en particulier les Nuits romanes.
"Il y aura un débat là-dessus mais si je n'arrête pas les Nuits romanes les coûts vont flamber et je ne peut plus financer les 143 festivals, comme celui des Francofolies à La Rochelle, où j'étais hier", a souligné Alain Rousset.
Le président a par ailleurs confirmé l'extension aux régions Limousin et Poitou-Charentes de la suppression de la taxe sur les permis de conduire, soit une réduction respectivement de 26,60 € et 25 €, qui existait en Aquitaine depuis 2009. L'adoption du taux unique de 41 € par cheval vapeur va par ailleurs fournir une recette supplémentaire de 7 M€ sur ce second semestre (14 M€ en année pleine) et se solder par une hausse du tarif aquitain (36 € jusque-là) et une baisse en Limousin (42 €) et Poitou-Charentes (41,80 €).Alain Rousset maintient le cap en direction des entreprises avec la poursuite du programme "Usine du futur", lancé dans l'ex-Aquitaine, mais aussi la poursuite d'un soutien qui se veut massif aux PME et entreprises de taille intermédiaire (ETI) et le lancement du programme "Région Start-up" qui vise à densifier en 2016 le tissu de PME innovantes.http://objectifaquitaine.latribune.fr/politique/2016-05-27/la-region-aquitaine-limousin-poitou-charentes-purge-ses-finances.html

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29324 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte