Magazine

Vis ma vie d'hôtelier

Publié le 28 mai 2016 par Desfraises

Vis ma vie d'hôtelier

- Pourquoi vas-tu travailler ? - Pour t'acheter des croquettes, Poulette. 


Je m'efforce de trouver du positif dans cette semaine... compliquée.
Au boulot. Rattraper les erreurs des intérimaires - ils n'y sont pour rien, les pauvres, embarqués dans un navire qui prend l'eau, ils débutent un peu dans l'hôtellerie, n'ont pas le répondant pour assumer le flux continu de clients, de requêtes, d'insatisfaits, pour moucher avec tact les mauvais coucheurs, faire mine de donner le choix sans donner le choix. Essuyer les insultes d'un client parce qu'il n'a pas ce qu'il veut quand il le veut. Garder le sourire, malgré tout. Appeler la gouvernante pour un objet perdu. Pour une cliente qui a vomi dans sa chambre et souhaite qu'on nettoie le méfait. Appeler un taxi pour conduire une cliente aux urgences. S'excuser pour l'attente au téléphone, pour l'attente au comptoir, pour l'attente parce que les ordinateurs rament les logiciels plantent les chambres ne sont pas prêtes. Dire non nous ne rembourserons pas la cliente - elle ne pourra pas honorer sa réservation elle va en prison, me rétorque-t-on au bout de la ligne. Refuser poliment d'aider un client à confirmer son vol de retour sur l'ordinateur parce que je n'ai pas le temps. Ne pas lui dire qu'on est clairement en sous-effectif. Lui dire : "je suis certain que votre épouse sait naviguer sur internet, elle." Désespérer de ne pouvoir servir correctement le client. Correctement, décemment, normalement. Aider, au bout du compte, ce client muni d'une canne, à naviguer sur internet, mais sur un autre poste, car celui du rez-de-chaussée a rendu l'âme. Prendre l'ascenseur avec le client, et sa canne. Rester coincé dans l'ascenseur qui hésite entre premier étage et rez-de-chaussée, avec les sursauts tant redoutés. Rassurer le monsieur à la canne. "Facile à dire," réplique-t-il, flegmatique. Nouveaux sursauts. Appuyer sur la sonnette. Personne. Appuyer de nouveau sur la sonnette. Message automatique : "votre demande a été prise en compte." Au bout de longues minutes, l'ascenseur se résout à nous vomir au quatrième étage. Demander au client de garder l'ascenseur ouvert, avec sa canne, le temps pour moi d'aller chercher un technicien pour mettre la machinerie hors-service. Entendre soudain l'alarme incendie générale - pour une autre raison - qui hurle dans tout l'établissement. Se faire sonner les cloches par la cliente qui n'a pas eu sa bouteille d'eau. Écarter gentiment la dame à l'aide d'un "Madame, nous avons une urgence."
Je m'efforce de trouver du positif dans cette semaine. Je suis vivant, en bonne santé, j'ai du boulot, il fait beau, je rentre à vélo. Mon mec me chante des chansons.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Desfraises 1925 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte