Magazine Auto/moto

Essai Bentley Bentayga: l’évidence

Publié le 29 mai 2016 par Jcetter

Essai Bentley Bentayga: l’évidence

Le premier SUV de Bentley: gageure ou réussite ?

Le premier SUV de Bentley a connu une gestation difficile. La première mouture présentée sous la forme du concept EXP-9F au salon de Genève 2012 reçut un accueil presque unanimement négatif. Après ces errements, les designers sont revenus à une adaptation plus conservatrice du style Bentley à un SUV. Une face avant arborant les 4 optiques rondes et la large calandre à deux pans, des hanches soulignées, et une double nervure qui part de l'aile avant pour mourir sur la porte arrière. La face arrière est un peu plus massive avec de larges optiques rectangulaires, habillée d'un béquet et des sorties d'échappement ovales chères à la marque. Personnellement, je trouve le Bentayga magnifique.

Essai Bentley Bentayga: l’évidence

Pour la motorisation, Bentley reste fidèle au W12, mais le Bentayaga reçoit une version revue en profondeur. Par rapport au groupe lancé sur la Continental GT mk2 , la cylindrée passe de 5998 à 5950 cm3. L'injection est désormais mixte (directe dans chaque cylindre et indirecte dans les conduits d'admission) afin d'optimiser la combustion et baisser les émissions de particules ainsi que la consommation. Ce W12 implémente également la technologie "displacement on demand" où six des douzes cylindres sont désactivés à faible charge, ainsi qu'un système Stop Start. Avec 900 Nm disponibles de 1350 à 4500 t/min et une puissance culminant à 608 chevaux entre 5 et 6000 t/min. Par rapport à la dernière évolution du précédent W12, ce sont 60 Nm de couple qui ont été gagnés et sont disponibles dès un régime abaissé de 650 t/min. Les performances revendiquées sont ahurissantes pour un SUV de ce poids et de ces dimensions: 0-100 km/h en 4.1 secondes, 301 km/h en vitesse de pointe. Bentley propose le SUV le plus puissant et le plus rapide du marché. A noter que Bentley annonce déjà la future disponibilité de variantes diesel et hybrides.

Essai Bentley Bentayga: l’évidence

Chamonix, Verbier, Montana, Gstaad. Plus que la symbolique des stations alpines huppées, avec leurs chalets cossus et leurs hotels de luxe, le terrain est intéressant et pertinent. De l'autoroute, bien naturellement, mais également des routes de montagne, roulantes ou torturées, des ruelles de villages étroites, des passages scabreux, la confrontation avec un profil d'utilisation plausible pour la clientèle.

Notre périple débute dans la périphérie genevoise. Le trafic pendulaire est intense, mais converge vers les points névralgiques de la cité alors que nous nous en échappons. La première impression qui domine est le silence stupéfiant. Sélecteur Drive Dynamics en mode Bentley (soit automatique), je laisse au soin à l'électronique de gérer le châssis pendant que j'acquiers mes repères. La suspension pneumatique adopte un paramétrage souple et prévenant, légèrement flottant, mais dès la première bretelle d'autoroute, le ton est donné. Lancé à une vitesse généreuse et sans autres avertissement que les mesures de ses accéléromètres, le Bentayga vire complètement à plat sur les 270 degrés de courbe. Irréel.

Essai Bentley Bentayga: l’évidence

Bentley a construit le Bentayga sur la plateforme longitudinale MLB2 (parfois appelée MLB Evo), commune au nouveau et d'Audi. Les empattements des deux SUVs ne différent que d'un millimètre, mais le Bentayga est plus long, 5140 mm contre 5069 au SQ7. Et à l'instar de ce dernier, le Bentayga reçoit le système de barres anti-roulis actives. Des actuateurs alimentés par un circuit électrique auxiliaire sous 48 Volts peuvent découpler les barres anti-roulis et contre-agir sur la force centrifuge pour maintenir la caisse horizontale dans les virages.

L'A40 en direction de Chamonix est quasiment déserte, baignée d'une belle lumière rasante. Au milieu de quelques Clio, Polo, Corsa et Fabia clairsemées, le Bentayga, ses sièges massants à 5 programmes (Vague, Pulsation, Etirement, Lombaire, Epaule) et son intérieur oppulent fait résolument France d'en haut. Nuit debout, la CGT les vitupérations de Mélanchon et gesticulations de Montebourg semblent appartenir à un autre monde alors que le Bentayga avale les kilomètres vers les splendeurs des alpes et les lieux parmi les plus prisés du tourisme de luxe. J'éteins la radio et concentre mon attention sur les sensations de conduite.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jcetter 22320 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine