Magazine

Congrès des astrologues (17) - Signaux de fumée

Publié le 16 juin 2008 par Mtislav

Antoine Defond. Nous l'avons quitté au 9ème épisode. Il a désormais un état civil presque complet. Régulièrement, il partait un soir en semaine porteur d'un message pour quelques hiérarques du National. Au 10 rue de Solférino, il se sentait plein de fièvre. Pourtant, sa tâche consistait le plus souvent à attendre. Quelques minutes ou plus pénible encore jusqu'au lendemain matin. Au début, il sortait boire un crème au Deux Musées. Finalement, il fit la connaissance de l'assistant parlementaire d'un député absentéiste, qui l'entraîna chez des confrères pour une petite soirée poker. Antoine était novice aussi les autres le prirent sous leur aile pour lui prodiguer tous les conseils dont ont besoin les débutants. A deux heures du matin, il repartait en ayant ramassé toutes les mises. Ca jouait raisonnablement, quelques billets de 5 ou 10 dans les premiers tours de table. On était là pour s'amuser. Une petite règle bien amusante mettait cependant du piment : toutes les 20 mn, la petite et la grosse blinde doublaient. On lui avait expliqué que c'était ainsi qu'on nommait les mises obligatoires du premier tour de table. 
La semaine s'écoula sans qu'il repense à cette soirée. La semaine suivante, il n'eut même pas à se déplacer à Paris. Il se consacra à son travail avec une énergie communicative, c'était de rigueur étant donné sa fonction. Il se retrouva la fin de semaine venue convié par Mme la Député-Maire et monsieur pour un barbecue dans leur magnifique maison très architecturée et pas du tout frime. On dominait la ville. Quelques camarades étaient présents ainsi que quelques figures progressistes de la vie locale. Une bonne cinquantaine de personnes qui grignotaient autour de la piscine ou dans les fumées des grillades préparées par un couple de Camerounais qui avaient défrayé la chronique locale lorsque la jeune femme avait été sur le point d'être expulsée.
Ce soir là, toutes les lèvres bruissaient du même sujet. Le ton montait parfois. Comme c'est souvent le cas, les uns tenaient d'une position de principe courageuse tandis que les autres revendiquaient la nécessité d'opérer les changements indispensables. Les courageux reculaient devant les assauts des opportunistes, le front entier recula lorsque la pluie reprit. Elle avait fait une pause suffisamment longue pour que toute l'assistance soit revêtue d'une douce odeur de shish kebab. Maintenant, on s'égayait sur la loggia, autour du patio et dans les canapés design du salon. Dans les toilettes, un petit groupe de courageux opportunistes avait sniffé quelques rails et ils se regroupaient maintenant autour d'une piste de danse improvisée moitié dedans, moitié dehors. C'était mal vu de fumer à l'intérieur. 
photo : Sennix2006

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mtislav 79 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte