Magazine Santé

SUICIDE chez les jeunes: Le stress de l'examen, un facteur à ne pas sous-estimer – The Lancet Psychiatry

Publié le 31 mai 2016 par Santelog @santelog

SUICIDE chez les jeunes: Le stress de l'examen, un facteur à ne pas sous-estimer – The Lancet PsychiatryLe taux de suicide chez les jeunes atteint 4,4 décès pour 100.000, dans cette étude. C’est l’une des premières à analyser les causes de suicide chez les adolescents, et à relever un facteur majeur, le stress des examens et une démarche fréquente, la recherche de son mode de suicide sur Internet. Autre conclusion de ces travaux, présentés dans le Lancet Psychiatry, dans un cas sur 2, il y a eu antécédent d’automutilation et dans un cas sur 4, la victime avait évoqué des pensées suicidaires. Deux indices qui doivent inciter les proches et les professionnels en contact avec les jeunes à rester à l’écoute.

Les chercheurs ont réuni le maximum de données sur l’ensemble des décès par suicide intervenus chez les jeunes e 20 ans et moins, sur une période de 16 mois, afin d’identifier les antécédents et les facteurs associés aux tentatives de suicide (TS) chez les jeunes.

Parmi les facteurs de TS, le deuil, des problèmes relationnels, une dépression, des problèmes de santé physique à long terme, (dont l’asthme et l’acné), des problèmes familiaux, l’automutilation, l’intimidation, et l’excès d’alcool et l’usage de drogues. Dans de nombreux cas, plusieurs facteurs de risque sont simultanément en cause. Parmi les résultats frappants :

SUICIDE chez les jeunes: Le stress de l'examen, un facteur à ne pas sous-estimer – The Lancet Psychiatry
·   27% des jeunes décédés par suicide ont éprouvé le stress des examens ou d’autres pressions liées à leurs études,

·   dans 54% des cas, il y a des antécédents d’automutilation,

·   dans 25% des cas, le suicide a été évoqué par la victime dans la semaine qui a précédé son décès,

·   enfin, dans un cas sur 4, le jeune s’est informé via Internet sur le mode de suicide.

·   Précisément, sur les 130 jeunes décédés par suicide dans la période d’étude,

·   70% étaient des hommes,

·   les décès ont été plus fréquents chez les plus de 18 ans,

·   57% des jeunes  » suicidés  » avaient déjà eu des contacts avec les services de santé, sociaux ou de justice.

De multiples facteurs sont identifiés, souvent de manière conjointe :

·   problèmes relationnels récents ou rupture sentimentale : 58%,

·   occurrence et expression de pensées suicidaires : 57%

·   antécédents d’automutilation : 54%

·   diagnostic de maladie mentale : 39%

·   problèmes de santé physique : 36%

·   décès d’un proche : 28%

·   stress et pressions liées aux études : 27%

·   excès d’alcool : 26%

·   usage de drogues : 29%

·   victimisation, intimidation : 22%

Le modèle du suicide chez les jeunes est donc complexe et se révèle une conjonction de contraintes et d’événements indésirables. Cependant, beaucoup de ces facteurs sont communs chez les jeunes qui tentent de se suicider et constituent autant de marqueurs à surveiller par les proches, pour réduire ce risque en grande partie évitable.

Source:The Lancet Psychiatry May 25 2016 DOI: 10.1016/S2215-0366(16)30094-3 Suicide in children and young people in England: a consecutive case series. et University of Manchester May 2016Suicide by children and young people in England: National Confidential Inquiry into Suicide and Homicide by People with Mental Illness

SUICIDE chez les jeunes: Le stress de l'examen, un facteur à ne pas sous-estimer – The Lancet Psychiatry
Plus d’étudesautour du Suicide


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 70607 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine