Magazine Humeur

Point cardinal

Publié le 31 mai 2016 par 49leon49

Chaque jour au matin j’y reprends le fil, entre les accotoirs blanchis au soleil, souillés d’encre et de peinture, patinés gris du frottement des mains maculées impatientes ou crispées, parfois jusqu’aux avant-bras. Tapi dans un recoin de l’atelier, à quelques pas du poêle, orienté diagonalement vers le pignon ouest — haut et large mur consacré au travail vertical, comme bon nombre des objets, meubles et fournitures qui occupent le lieu, il est une « deuxième main après la maison », une occasion. Ainsi les assiettes ou bols ébréchés se transforment en palettes ou en récipients à soupe d’acrylique, une vieille table de repas en plan de travail des encres. Ainsi le fauteuil laissé des années à la lumière de la baie de la bibliothèque, défraîchi mais encore bien solide et à l’assise confortable, entre un jour dans l’atelier pour en devenir un élément central et remplir au fil des heures et des jours de peinture des rôles autant variés que déterminants.Non loin, à portée de main sale, un rayonnage de livres, disques, carnets de notes, articles… Je vais au fauteuil, point de recul et de réflexion, d’auto-convocation pour une ferme mise au point, des délibérations, bas mirador permettant la surveillance de la pièce entière, poste d’observation posée et profonde de la toile en cours. S’asseoir pour prendre de la hauteur. Je m’y laisse tomber dans un soupir qui ne soulage rien, entre les coups de sang, les engueulades, les batailles, les fers croisés avec le tableau, pour apaiser les tensions et juger les dérèglements, les maladresses, les malformations, élaborer une stratégie, une réaction. Le siège est d’ailleurs placé sous le grand miroir, lequel, lorsque je quitte la toile en lui tournant le dos, m’impose de la retrouver aussitôt mais inversée, le temps du chemin jusqu’à m’asseoir. Ruse pour saisir l’image autrement et faire sauter aux yeux les déséquilibres de la composition. Affalement indispensable pour se remettre du choc…Mais si la peinture ne vient pas tous les jours, tous les jours il faut y aller, pour tenter l’impossible. Ceux de l’ennui infini, de l’errance, je m’y enfonce, pour être là tout de même, pour éliminer un peu de la culpabilité de ne rien faire, de ne pas y parvenir. On ne fait rien, mais on est présent à la toile, prostré, en retrait dans la pénombre de l’encoignure, en contrebas des peintures debout qui nous attendent et nous toisent, imposent leur silence et constatent notre impuissance, notre stérilité. Il vaut mieux être assis pour supporter la réalité. Être là dans le fauteuil de l’atelier, c’est être en peinture, malgré tout. J’essaie à tout le moins de m’en persuader. J’y passe des heures entre abattement et certain contentement, à la croisée de la joie parfois de sentir une avancée et de l’effroi devant ce qui semble impraticable, au dessus de mes forces. Mon fauteuil prend en charge peur et fatigue de peindre : il se doit d’être résistant.Dans les moments apaisés — ils existent, je m’y installe pour lire, répondre à des questions techniques, ou regarder ou comprendre d’autres artistes, sans doute pour les voler ou contrer un découragement rampant. Dans ceux de lutte, confortable, profond, chaud, il détend les tiraillements douloureux du dos après les longues séances de travail penché vers le sol, sur les grands papiers couchés au tapis. Mais quel effort ensuite pour s’en extirper et reprendre les armes ! C’est au fauteuil que l’on plie devant la dimension de la tâche, au pied de la peinture, sans doute pour mieux en jaillir et aller la prendre par surprise. Incliné mais pas battu. Car c’est de son embrassement que se modifientcertaines idées ou naissent d’autres, c’est ici que je revisite page après page les carnets, relis mes notes, en griffonne des extensions, premières ou nouvelles pensées. Loin d’y trôner, j’y suis plutôt certaines fois comme à l’affût, dans le silencedes outils posés, épiant tout ce qui pourrait bouger, d’autres fois l’esprit vagabond, laissant venir, dansl’attente d’un signe, l’œil perdu vers la lumière du jardin à regarder les mésanges narguer les rouges-gorges ou les feuilles renaître et puis finir.Là ni repos ni répit mais un lieu de retrouvailles et de dénouement, de re-connaissance, un point de départ.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


49leon49 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines