Magazine Sport

Les jointures de Zdeno Chara

Publié le 17 juin 2008 par Sportif
Les amateurs et partisans des Canadiens de Montréal ont passé la dernière saison à se faire chanter la chanson des risques de l'absence de goons dans l'équipe quand vient le temps de se faire respecter. Je ne suis pour ma part pas un partisan des goons, je préfère de loin le talent. Les Red Wings viennent d'ailleurs de remporter la Coupe Stanley avec 13 européens de caractère et leurs goons dans les estrades. Good!
Mais il faut admettre aussi que les Wings en avaient quelques-uns qu'il pouvaient habiller au besoin, ce qui représenter à mon avis une perte pour l'équipe qui doit se priver d'un bon joueur. La solution à ce problème est d'aligner un joueur avec un minimum de talent qui est capable de lâcher les gants quand il le faut. Mais les Canadiens n'en ont qu'un : Komisarek. Bouillon peut surprendre à l'occasion, Kostopoulos peut servir de punching bag et Lapierre se faire aller la gueule, ils ne sont pas la solution.
Le meilleur à mon avis dans ce domaine, et de loin, est Zdeno Chara. Bien entendu, il a la charpente pour le métier, mais ce n'est pas tout. les partisans adverses ont beau le huer et les analystes questionner son salaire, l;e gars joue près de 30 minutes par match et représente la seule cible de l'adversaire. Mais quand il décide que son équipe a besoin de ses jointures, il ne perd pas de temps et passe un message clair. Il est terrifiant. Je ne sais pas ce qu'il fait avec ses mains, mais il possède indéniablement la capacité de placer de très bons coups qui coupent souvent. Malheureusement, ce genre de gars sont rares. Voilà pourquoi les équipes sont prêtes à payer un million pour Laraque, ce que les analystes oublient de mentionner quand ils disent que Chara ne vaut pas son salaire...
Voici quelques vidéos qui démontrent mon point :


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sportif 292 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine