Magazine

Mois de juin : l'institution de la fête liturgique du Sacré-Coeur (1)

Publié le 13 juin 2008 par Hermas
Mois de juin : l'institution de la fête liturgique du Sacré-Coeur (1) Nous publions le texte suivant, écrit par le Père Amedeo Paolino, Jésuite (traduit par Mariagnese Giusto - à quelques corrections près), avec la bienveillante autorisation des Pères Jésuites dont on trouvera le site ICI. Nous leur adressons nos remerciements les plus chaleureux, en particulier au Père Amedeo Paolini, et les assurons de nos prières. Mgr Jacques MASSON _______________ Pie XII et l'encyclique "Haurietis Aquas" Le 15 mai 1956 le Pape Pie XII publia l'encyclique "Haurietis Aquas"(1) : "Vous puiserez des eaux avec joie aux sources du Sauveur."(2) Dans cette encyclique, Pie XII rappelle l'institution de la Fête du Sacré-Coeur – pour l'Eglise universelle par Pie IX le 23 août 1856. En 2006, ce sont donc les 150 ans de l'institution et les 50 ans de la publication de l'Encyclique Haurietis Aquas. L'extension de la Messe du Sacré-Coeur à toute l'Eglise, décrétée par Pie IX, fut le terme d'un long parcours, un cheminement tourmenté qui s'est poursuivi pendant plus de deux siècles et marqué – en particulier aux XVIIe et XVIIIe siècles - par de violentes controverses. Pourtant ce fut aussi un temps de croissance en profondeur et de diffusion de la dévotion au Sacré-Coeur. L'histoire de cette dévotion est distincte de celle de l'introduction de la fête dans la liturgie universelle de l'Eglise. Deux réalités distinctes mais intimement reliées l'une à l'autre et interdépendantes. Une telle interdépendance eut lieu de deux façons. La croissante dévotion du peuple en l'honneur du Sacré-Coeur, l'approfondissement théologique, biblique et la bienfaisante utilité pastorale de la dévotion, exercèrent une pression pour l'institution liturgique de la fête. Celle-ci, une fois advenue, suscita de nouvelles études, qui clarifièrent l'essence de la dévotion même et le symbolisme du coeur. En outre, la pratique pastorale grandit – on peut dire – démesurément. L'histoire de la dévotion au Sacré-Coeur ou au Côté transpercé de Jésus est plus ancienne, ample et attrayante que l'institution liturgique correspondante avec Messe et Office propres. Après Vatican II on n'accepta plus de façon nette la vision dualiste entre "dévotions" du peuple et "liturgie institutionnelle". Dans les siècles passés il y avait en revanche un dualisme cultuel marqué entre "dévotions" du peuple chrétien et celui "liturgique officiel-juridique" approuvé par l'autorité ecclésiastique. Le progrès de l'ecclésiologie fait retenir le Peuple de Dieu comme Eglise, sans pour cela toucher à l'autorité hiérarchique des pasteurs. On diminue la distinction qu'il y avait avant le Concile. L'introduction d'une Messe et de l'Office dans la liturgie universelle est toujours précédée par un processus plutôt long. Sans s'arrêter aux expériences de certaines âmes élevées, commençons l'histoire de ce processus à l'apparition de signes et de faits publics concernant la dévotion au Sacré-Coeur. Le premier "signe" public-dévotionnel au Sacré-Coeur n'eut pas lieu en Europe. Il se produisit au Brésil, au tout début de l'évangélisation de cet immense pays. Ce fut St José de Anchieta [(3) - portrait ci-joint)], apôtre du Brésil, Jésuite, qui, en 1552, dédia au Sacré-Coeur une modeste église à Guarapary. La construction se trouve dans le diocèse "Do Espiritu Santo", sur la côte atlantique, au nord de Rio de Janeiro. Franchement, on se serait attendu à un signe public en Europe. Mais non! Le premier signe public de la dévotion au Sacré-Coeur apparut donc dans un pays considéré alors comme "à moitié sauvage". La surprise s'accroit en connaissant l'expérience mystique de St Pierre Canisius [(4) - portrait ci-joint], contemporain de Anchieta. Canisius eut l'expérience mystique du Sacré-Coeur quarante ans avant la construction de la petite église au Brésil. Il écrit, dans ses notes spirituelles, que le jour de sa profession solennelle à Rome, il alla prier au Vatican sur le tombeau des apôtres. Pendant la prière, entre autres expériences, il eut celle-ci: "Toi, ô Sauveur, à la fin, comme s'ouvrait le Coeur de ton très saint Corps, qu'il me parut voir en face de moi, toi, tu m'as commandé de boire à cette source en m'invitant, pour ainsi dire, à puiser les eaux de mon salut à Tes sources, ô mon Sauveur" (5). La dévotion au Sacré-Coeur au XVIIème siècle Au début de 1600 la dévotion au Sacré-Coeur se répandit spécialement grâce aux Pères Jésuites. Nous en rappelons quelques-uns parmi les plus connus. En Espagne, Luis De La Puente (6) traita de cette dévotion dans ses nombreuses publications. En Hongrie, Matyas Hajnal (7) écrit en hongrois un livre de prières, où il présente "La dévotion pour les coeurs qui aiment le Coeur de Jésus". En Pologne Kasper Druzbicki (8) composa le traité "Meta cordium Cor Jesu". En France Vincent Huby (9) propagea cette dévotion dans les missions paroissiales en Bretagne et aux cours des Exercices dans des groupes d'une dizaine de personnes. L'activité des Jésuites et d'autres propagea la dévotion au Sacré-Coeur dans un contexte public, mais pas très étendu. Il y eut une bonne évolution avec saint Jean Eudes [(1601-1680) - portrait ci-joint]. Son oeuvre dans la diffusion de la dévotion aux Sacrés-Coeurs de Jésus et de Marie fut grande. On lui doit la première composition de la Messe et de l'Office en l'honneur du Sacré-Coeur. Léon XIII – qui connaissait bien l'histoire de cette dévotion – le considéra comme "l'auteur du culte liturgique des Sacrés-Coeurs". Cinq ans après l'approbation de la Messe, il y eut les révélations à sainte Marguerite-Marie Alacoque (1647-1690) à Paray-le-Monial, de 1673 à 1675. Le Jésuite saint Claude de la Colombière, confesseur de la voyante, retint les révélations pour authentiques. Mais, peu après, en 1676, il fut envoyé en Angleterre, emprisonné à cause de fausses accusations et il tomba gravement malade. Renvoyé en France en 1679, l'infirmité l'empêcha de diffuser la dévotion au Sacré-Coeur. Mais de la Colombière l'inculqua à plusieurs étudiants jésuites, dont il était le directeur spirituel. Il mourut en 1681. Parmi ces étudiants il y avait Joseph Gallifet s.j. (1663-1749) qui assimila beaucoup le message des révélations. Devenu prêtre, il dédia une extraordinaire attention pour illustrer et diffuser les révélations et la dévotion au Sacré-Coeur. Dans un délai relativement bref, les révélations à sainte Marguerite-Marie contribuèrent grandement à l'exceptionnel mouvement de la dévotion. Le P. Gallifet soutint sainte Marguerite-Marie et il composa la Messe en l'honneur du Sacré-Coeur: "Venite, exultemus" et l'Office correspondant. L'évêque de Coutances, Mgr François de Loménie de Brienne, approuva en 1688 le formulaire de la Messe et il promit de célébrer la fête liturgique du Sacré-Coeur le vendredi après l'octave du Corpus Domini. La première requête à Rome - 1696 Après la mort de sainte Marguerite-Marie Alacoque [(1690) - portrait ci-joint], les Visitandines de France, encouragées par la diffusion de la dévotion, présentèrent des requêtes au Saint-Siège : l'approbation de la fête liturgique du Sacré-Coeur; sa célébration le vendredi après la Fête-Dieu, la faculté de dire la Messe "Venite", composée par le P. Gallifet, pour tous les prêtres qui en ce jour auraient à célébrer dans les monastères de la Visitation. Les Pères Jésuites appuyèrent la motion. On eut même le patronage de la Reine Marie, femme de Jacques II Stuart, roi d'Angleterre. Le Cardinal Toussaint fut nommé "Postulateur" de la cause. Au cours de la discussion de la cause, le promoteur de la Foi, Mgr Bottini, s'opposa résolument à l'approbation. Deux raisons furent surtout avancées : l'Eglise ne se fonde pas sur des révélations privées pour ce qui concerne le culte public ; la question physiologique du coeur humain en relation avec les émotions (amour, douleur, etc.) n'était pas claire. Le 30 mai 1697 le résultat négatif de la cause fut rendu public. Les formulaires de la Messe "Venite" furent eux aussi renvoyés. XVIIIème siècle – On obtient l'approbation pontificale Malgré la réponse négative de 1697, la dévotion continuait de se répandre. Le P. Gallifet comptait 317 associations, nées au cours de la décennie 1693-1703, en l'honneur du Sacré-Coeur. Les Visitandines, pour la deuxième fois présentèrent la demande d'approbation de la fête. Le Pape Benoît XIII était connu pour sa piété. L'épiscopat français, le roi Auguste de Pologne et Philippe V d'Espagne s'unirent aux Visitandines. Le P. Gallifet, le postulateur, présenta une oeuvre sur le culte au Sacré-Coeur et sur sa diffusion ; elle fut publiée à Rome l'année précédente (10). Dans la "cause" le Promoteur de la Foi était Prospero Lambertini (le futur Benoît XIV). La décision finale fut : "Non proposita", qui, dans le style de la Curie Romaine signifiait que la fête n'était pas approuvée. Deux ans après (1729), elle fut à nouveau proposée pour l'approbation mais on eut un amer et sec "Négatif". Pour la quatrième fois, en 1763, on présenta la demande pour l'approbation à la Sacrée Congrégation des Rites. L'initiative vint de l'Episcopat de Pologne. La cause était appuyée par certains princes de Pologne et de France. Le soutien le plus imposant vint de 148 évêques d'Europe qui souscrivirent la pétition. Parmi eux il y avait saint Alphonse Marie de Liguori. La "Cause" fut longuement débattue. Le 2 Janvier 1765, La Sacrée Congrégation des Rites approuva la fête du Sacré-Coeur "pro regno Poloniae, pro catholicis Hispaniarum regnis, necnon pro archiconfraternitate sub titulo eiusdem santissimi Cordis in Urbe" (pour le Royaume de Pologne, pour les Catholiques des Royaumes d'Espagne ainsi que pour l'Archiconfrérie qui à Rome porte le titre du Sacré-Coeur). La décision fut confirmée par le Pape Clément XIII le 6 février 1765 (portrait ci-joint), c’est-à-dire, le mois suivant. Le Pape, pourtant, enleva le terme : “pro catholicis Hispaniarum regnis”. La fête liturgique était donc limitée à la Pologne et à l’Archiconfrérie du Sacré-Coeur à Rome. Pour la fête liturgique on l'établit au vendredi après la Fête-Dieu. Dès lors, de toute façon, on peut dire que commence dans l'Eglise le culte public canonique au Sacré-Coeur. Dans le décret d'approbation il est rappelé la grande diffusion du culte au Sacré-Coeur, "per omnes catholici orbis partes" ("pour toutes les parties du monde catholique"). Le "sensus" du peuple chrétien fut déterminant et le décret négatif du 30 juillet 1729 fut révoqué. Peu après - le 11 mai 1765 - le texte d'une nouvelle messe, dite "Miserebitur", fut approuvé. La nouvelle de l'approbation de la fête se répandit vite. Plusieurs diocèses et familles religieuses se hâtèrent de demander l'indult pour la célébrer, en adoptant les nouveaux textes. Tous l'obtinrent. Parmi ceux qui le demandèrent, il y eut la Compagnie de Jésus, les Visitandines, les Diocèses de Pozzuoli et de Gallipoli, certaines communautés religieuses de Capoue et de Naples. Les textes de la nouvelle messe développent le thème de l'amour miséricordieux du Coeur de Jésus, la vague salutaire qui jaillit du coeur transpercé, l'immolation de Jésus, dans la nature humaine, sur la croix. Extension universelle de la liturgie du Sacré-Coeur L'approbation pontificale – même limitée – eut pour conséquence une immense diffusion du culte au Sacré-Coeur. Pourtant, les dissentiments outrageux de la part des jansénistes ne cessèrent pas, en présentant le culte au Sacré-Coeur comme un acte d'idolâtrie. Au plus vif de cette polémique aigre, la reine Marie-Françoise du Portugal demanda au Pape Pie VI (portrait ci-joint), en 1777, l'indult pour célébrer la fête liturgique au Portugal et dans tous ses domaines ; Pie VI "benigne annuit" (répondit favorablement) à la demande d'indult et à d'autres requêtes concernant la fête du Sacré-Coeur. La révolution française et la période napoléonienne balayèrent les polémiques jansénistes, mais la dévotion se développa davantage. A la moitié du XIXème siècle, il n'y avait presque pas un seul diocèse qui n'ait obtenu du Siège Apostolique l'indult pour célébrer la liturgie du Sacré-Coeur. Un siècle à peine après la première approbation romaine (de 1765), Pie IX jugea les temps mûrs pour l'extension de la fête à l'Eglise Universelle et il en sortit le décret le 23 août 1856. La messe "Miserebitur" avec son Office fut adoptée dans la catégorie de "duplex maius", selon les degrés de la liturgie de ce temps-là. Conclusion L'extension universelle de la liturgie du Sacré-Coeur eut une difficile gestation. Les réponses "négatives" de Rome, l'examen des textes liturgiques, l'attention pour distinguer entre révélation privée et le "Dépôt de la Foi", les questions même non théologiques sur les relations entre le coeur et les sentiments d'amour, douleur, etc., montrent combien l'Eglise est prudente pour le culte public. La liturgie est la Foi priante. Si dans le Dépôt de la Foi rien d'illégitime ne peut entrer, de même rien d'incertain ne peut se superposer aux splendeurs de la liturgie. Une des caractéristiques de la liturgie est qu'elle reflète plusieurs temps historiques, plusieurs attitudes de peuples et plusieurs spiritualités de fondateurs d'ordres religieux. Quelque chose de similaire est arrivé dans la formulation de nombreux textes liturgiques pour la Messe du Sacré-Coeur avant 1856. En eux remonte à la surface un travail continu qui met en évidence de multiples aspects de la "charitas" humaine et divine du Verbe-Homme : amour miséricordieux, tendresse de sentiments, immolation, réparation, poids de l'ingratitude... Une vaste "concorde discorde" d'un choeur grandiose, qui communique au pèlerin la sérénité ainsi qu'une mystérieuse énergie pour vivre sur les routes semi-obscures de l'histoire. _______________ Notes 1. Les encycliques reçoivent leurs titres des deux ou trois premiers mots du texte latin. 2. Isaïe 12, 3. 3. José de Anchieta s.j. (1534-1591), naquit à Santa Cruz de Tenerife de Canarias. Il étudia dans la célèbre université de Coimbra ; il devint un excellent humaniste de la Renaissance. Il obtint des supérieurs d'être envoyé au Brésil. Il débarqua à Salvador de Bahia en 1552. Evangélisateur et défenseur des indigènes. Les villes de São Paolo et de Rio de Janeiro le considèrent parmi leurs fondateurs. Il est considéré comme le créateur de la littérature brésilienne. On lui doit la première grammaire de la langue "tupi" : "Arte de gramatica da lingua mais usada na costa do Brasil". Il composa des drames pour le peuple dans les langues tupi et guarani. Il écrivit le poème héroïque de 2947 hexamètres : "De gestis Mendis Saa. praesidis Brasiliae" en exaltant l'oeuvre de civilisation du troisième gouverneur du Brésil,  Mem de Sa. Pendant quatre mois il fut otage de paix des féroces "I poroig", anthropophages. Dans ce danger continuel de mort, il fit le voeu de composer un poème en l'honneur de la Mère de Dieu. Il en commença la composition pendant ces tristes jours, en mémorisant les vers, écrits parfois sur le sable : "De B. Virgine Dei Matre Maria", de 2893 distiques ; ce poème est maintenant considéré comme une des grandes oeuvres de la Renaissance. Anchieta est appelé "O Canario do Brasil", expression qui indique son origine et sa finesse poétique. 4. Saint Pierre Canisius (1521-1597) appelé le deuxième apôtre de l'Allemagne, docteur de l'Eglise (1925) ; connu pour les "Catéchèses" ; il se tint hors de la polémique envers les réformateurs luthériens qu'il appella "frères". Sa foi profonde le libéra de tout pessimisme désespéré dans les situations les plus catastrophiques. Sa piété se développa dans la "devotio moderna", imprégnée d'Humanisme et fondée sur l'Ecriture et la Patristique. 5. Voici le texte original latin des notes spirituelles concernant l'expérience du Coeur de Jésus : "... Unde Tu, o Salvator, tandem aperto mihi corde santissimi Corporis Tui, quod inspicere coram videbar, ex fonte illo ut biberem jussisti, invitans scilicet ad hauriendas aquas salutis meae de fontibus Tuis, Salvator meus". (Braunsberger, Canisius 1. 55-59).   6. Luis de la Puente (1554-1624), auteur renommé d'oeuvres ascétiques, traduites en plusieurs langues. 7. Matyas Hajnal (1578-1644), missionnaire populaire ; il collabora à la nouvelle évangélisation catholique de la Hongrie. Il écrivit le livre de prières pour la reine Krisztina Nyàry. Le livre eut un grand succès. Il a été réédité en édition fac-similé à Budapest en 1992. 8. Kasper Druzbich (1590-1667), personnalité saillante du catholicisme en Pologne. Outre l'oeuvre "Meta cordium Cor Jesu" il écrivit des traités plus étendus. Ses oeuvres furent publiées de façon posthume, mais elles avaient été déjà divulguées pendant sa vie en copies manuscrites. 9. Vincent Huby (1608-1693), fondateur de la première maison d'Exercices Spirituels à Vannes ; maison assez grande pour accueillir jusqu'à 300 personnes suivant les exercises. 10. Le titre de l'oeuvre était : "De cultu sacratissimi Cordis Dei ac Domini nostri Jesu Christi in variis christianis orbis provincis jam propagato". Elle avait été écrite une trentaine d'années auparavant, en 1696. Même si les "censures" de cette année avaient donné un jugement élogieux de l'oeuvre, ils en déconseillèrent alors la publication. Dans les annés suivantes, le P. Gallifet la retoucha et l'élargit. Etant à Rome pour son office d'"Assistant" pour les Jésuites de France, il la publia. L'oeuvre se diffusa dans toute l'Europe, spécialement en Espagne grâce à un étudiant jésuite : Bernardo Francisco de Hoyos (1711-1735). (à suivre)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Nicolas Sarkozy a un sacré style !

    Son accointance avec un milliardaire, le cirque médiatique autour de son couple «model», tout le monde crie au scandale ! Mais le plus choquant, n'est-ce pas... Lire la suite

    Par  Formatio
    A CLASSER
  • Cloverfield : Un sacré Buzz pour un film

    Vous avez sans doute déjà vu cette bande annonce mystérieuse et sacrement réussie : Depuis, c'est la course pour savoir quel est ce film... Beaucoup d'idées et... Lire la suite

    Par  Benoit Ramus
    CINÉMA, CULTURE, HORREUR
  • Sacré-Coeur by night, Montmartre

    Sacré-Coeur night, Montmartre

    [Séjour à Paris / Souvenir n°1] Un clin d'oeil d'Hector Guimard à la sortie de la station Abbesses, un soir de décembre où la chaleur d'un croustillon vous... Lire la suite

    Par  Edwoodjr
    A CLASSER
  • Ce sacré lutin

    sacré lutin

    Mais où est-il donc passé ce sacré lutin Qui m’a volé mon cœur un matin ? Ce petit picard si fantastique Aux caresses et baisers féeriques Tu étais mon petit... Lire la suite

    Par  Lauravanelcoytte
    POÉSIE, TALENTS
  • Anthologie permanente : James Sacré (4)

    Lire aussi la note de lecture que Tristan Hordé consacre au dernier livre de James Sacré, Un paradis de poussière Geste parlé À cause que tu es vivant À cause... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Un paradis de poussière, de James Sacré

    paradis poussière, James Sacré

    On a l’impression que le marché s’envole tout l’monde emporté Jusqu’au bout de nulle part, paradis de poussières, mais l’âme rasée de frais. (Un Paradis de... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Diana Damrau : sacré tempérament

    Diana Damrau sacré tempérament

    Tout comme le Jardin Baroque, je ne raffole pas de ces disques "récitals" que sortent actuellement les chanteurs lyriques à grand renfort de Marketing. Lire la suite

    Par  Philippe Delaide
    AUTRES MUSIQUES, CONSO, CULTURE, MUSIQUE

A propos de l’auteur


Hermas 907 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte