Magazine Culture

Thé dansant #4 : Déreglement hormonal, love love peace peace, new wave

Publié le 13 juin 2016 par Teazine
Thé dansant #4 : Déreglement hormonal, love love peace peace, new wave
TEA vous propose tous les quinze jours ses thés dansants, une petite sélection de ce qu'on a aimé écouter dernièrement, ce qu'on a vu en concert ou encore ce qu'on a redécouvert. C'est totalement non exhaustif et arbitraire, et c'est ça qu'on aime. Bisous.
---


Quand on a une vie bien chargée, qu'on passe plus de temps à écouter des disques sortis en 1981 ou des groupes que l'on a récemment vu en concert, ce n'est pas toujours facile de se tenir au courant des dernières sorties musicales. Résultat, on est vite à la ramasse et on découvre, cinq mois plus tard, que Geneva Jacuzzi a sorti un album en début d'année. Pourtant, Geneva Jacuzzi, on l'aime beaucoup. On l'a même interviewée en 2012 et dansé pour elle lors d'un de ses concerts à Anvers. Donc la Californienne a sorti un nouveau album, après son fantastique Lamaze qui date, quand même, de 2010. On ne s'attendait pas forcément à un nouvel album de sa part. Quand on l'avait rencontrée, elle disait même : "Les gens veulent que je sorte un nouvel album, mais je ne veux pas. Je n'ai jamais voulu sortir un seul disque. Ça m'ennuie. C'est trop de pression. Et c'est le genre de pression qui ne me stimule pas du tout. Je pense que ce doit être quelque chose d'accidentel, et de stupide. Je n'ai aucune intention d'être une musicienne professionnelle. J'admets être une mauvaise musicienne. J'enregistre une chanson et j'oublie comment la jouer, presque intentionnellement". Finalement, elle a changé d'avis, où provoqué assez d'accidents. Quoiqu'il en soi, ça fait plaisir de la retrouver sur "Technophelia". On la retrouve là où on l'avait laissée, avec sa synth pop lo-fi immédiatement reconnaissable et ses petits tubes en puissance, comme "Casket". Vous pouvez écouter l'album ici. - M
Depuis le temps qu'on tarde c'est devenu old news mais comme mon amour n'a pas fané je prends ça pour un bon signe : le nouvel album de Zombie Zombie, Slow Futur, tabasse. Il s'écoute sur The Drone où l'on en apprend un peu plus sur le contexte de la fabrication du disque et de sa proximité avec le spectacle. Chez moi, il réaffirme un goût prononcé pour les mantras répétitifs. Une fascination de l'expérimentation sonore. Avec, toujours, comme maîtres absolus, l'ombre de Kraftwerk qui plane. L'homme machine. J'aime aussi l'épure du spectacle dont on voit un extrait dans cette vidéo.
Le côté hypnotique repris dans le jonglage des protagonistes, le regard vide sur les boules blanches. Un aspect un peu inquiétant. Ca m'évoque également la pièce de théatre Electronic City de Falk Richter vue il y a quelques années qui traite justement de ces thèmes franchement malaisants. A revoir aussi : notre vieille playlist "travail à la chaîne". - AV
J'en parlais dans le dernier thé dansant, c'est désormais chose faite. L'EP des Parisiens de Rendez-Vous est sorti chez Avant Records. Le premier single, "Distance", qui donne son nom au disque, était franchement alléchant, bien bourrin, comme une bande son pour un documentaire sur les hooligans anglais. Mais en fait, je préfère encore le deuxième morceau, "Workout", avec son chant moitié crié et ses grosses guitares. La musique n'est pas nécessairement originale, mais c'est un condensé de tout ce qu'on peut aimer en matière de post-punk et new wave ténébreux. Ca me suffit amplement. J'attendrai un album et surtout de les voir en concert avant de dire que Rendez-Vous est un des meilleurs groupes post-punk actuels de l'hexagone, mais j'ai bon espoir. Le tout est sur Bandcamp. - M
Depuis toujours je m'intéresse autant au contexte presque autant qu'à la musique en elle même. Peut-être que c'est parce que je trouve ça plus facile d'écrire sur ce qui l'entoure. En tout cas, les institutions d'art montréalaises ont offert cette année plusieurs opportunités d'y songer : l'art et la musique, la musique au musée, le geste musical. Il y a de la matière à décortiquer. J'énumèrerai pour l'heure quelques installations marquantes :
- Céleste Boursier-Mougenot, From here to ear, Musée des Beaux-Arts. L'installation est contenue dans une grande pièce blanche au décor désertique : du sable, des herbes sèches, des mangeoires contenues dans des cymbales retournées et des guitares montées sur des pieds de micro et puis des dizaines d'oiseaux. Ce sont eux qui produisent les vibrations des cordes en se posant sur les instruments, en picorant les herbes et en construisant leurs nids entre les boutons. Grosses réverbérations.
- Ragnar Kjartjansson, A lot of sorrow, Musée d'Art Contemporain. Moins conceptuelle, cette installation est composée d'une vidéo de 6 heures qui montre le groupe bobo-new-yorkais The National interprétant inlassablement la chanson Sorrow. Etrangement hypnotique, on peut s'y perdre ou trouver que c'est de la branlette. A choix.
- Ragnar Kjartjansson, The Visitors, Musée d'Art Contemporain. Du même artiste, j'ai largement préféré l'installation suivante qui le montre lui à poil dans un bain avec ses amis dispersés dans plein de pièces d'un méchante belle maison de maître dans la campagne américaine. Pour chaque musicien, une pièce et pour chaque pièce, un écran dans la salle d'exposition. Ensemble, les protagonistes jouent un refrain entêtant (dont la mélodie me rappelle "The Devil May Care (Mom and Dad don't)" de Brian Jonestone Massacre). Ce que j'ai aimé dans cette oeuvre c'est le sentiment de communauté qu'elle crée. On se plonge dans l'ambiance chaude d'un après-midi d'été finissant et d'une maison pleine de gens sans soucis. En tant que spectateur on est amené à se déplacer pour suivre ce qui se passe sur les différents écrans. Parfois seul, on se scrute. Parfois en groupe quand à la fin du morceau tous les musiciens convergent au même endroit. Et le rire qui nous replace dans le présent quand à l'écran Ragnar se fait piquer sa serviette de bain qui tournoie, rouge, au dessus de la tête d'un farceur qui court dans l'herbe et un chien après lui. - AV.
Thé dansant #4 : Déreglement hormonal, love love peace peace, new wave
Il y a deux semaines, j'étais au Botanique à Bruxelles pour un concert de Suuns. C'était la deuxième fois que je les voyais. La première, c'était en 2011 à la Route du Rock. Je n'avais jamais entendu parler d'eux et le concert m'avait fait très forte impression. Depuis, j'ai pas mal écouté leurs albums. Mais j'avais totalement oublié l'effet qu'ils me font en live, jusqu'à ce que je les revoie. Malheureusement, je n'arrive pas à trouver de vidéo de concert assez révélatrice, donc je vais juste poster un ou deux clips et vous décrire les sensations. Voir Suuns en concert, c'est dérégler totalement ses hormones. Je ne parle même pas là de la tête des membres du groupes, de s'ils sont mignons ou non, dans la salle obscure, on ne voit rien. Mais c'est la musique, l'atmosphère lourde, les déhanchements du chanteur et surtout sa façon de chanter, sensuelle et malsaine. "J'ai l'impression de regarder un porno", m'a dit ma meilleure pote à un moment donné. Cela résume parfaitement la chose. Allez voir les Montréalais les yeux fermés, c'est encore mieux que sur disque. - M



A propos de super concert. J'étais il y a quelques semaines au bar Le Ritz à Montréal pour voir King Guizzard and The Lizzard Wizzard. Outre le fait que GOD ça m'avait manqué des sorties de même, les mots me manquent pour décrire à quel point c'était fantastique ce concert là. Bon, j'étais déjà acquise à leur cause et de toute façon le rock psychédélique ça fait sur mon cerveau un effet anesthésiant qui se décuple quand il est braillé à plein volume. En tout cas j'étais tellement excitée à la fin que je me suis précipitée sur leur merch tellement il me fallait (un de leurs nombreux) disque(s) pour, toujours, les avoir à portée de main. Le disque en question s'appelle I'm in your mind. J'y vois un signe - AV :

L'autre soir il y avait une soirée dansante au thème audacieux au Matahari Lounge : "New Wave : Joy Division, New Order vs. Indochine". Vu mon passé passionnel un peu compromettant avec le groupe français, j'ai adoré (écoutez leurs vieilles tounes, franchement, et pas que "Trois nuits par semaines" aussi ça, ça ou encore ça).  A propos de New Wave, il y a également un documentaire sorti récemment qui retrace l'histoire de cette musique dans la métropole québécoise. Ca ne réinvente rien au niveau du film documentaire mais c'est une bonne mine pour (re)découvrir de bons bands (et raviver en soi ce sentiment d'être né à une époque où on ne vit plus de mouvements de jeunesse de fou et blablabla, mais ça c'est un autre sujet). En attendant de me repencher sérieusement je vous laisse avec ce hit au clip improbable. (Si vous aimez la thématique, voyez The Sound of Belgium ou encore le documentaire sur l'Hacienda de Manchester)  : - AV.

Ça commence à dater un peu, mais comme on n'a pas eu l'occasion d'en parler ici avant, je me permets de poser ça là, en conclusion. J'ai une grosse passion Eurovision. Du coup, forcément, j'ai regardé le dernier concours le 14 mai. J'étais un peu déçue du manque de chansons folkloriques cette année, j'ai paniqué à l'idée que l'Australie gagne et j'étais contente pour l'Ukraine, parce que l'émission est toujours l'occasion de réviser la géopolitique européenne. Mais le meilleur moment a été quand les deux présentateurs suédois ont entonné une chanson totalement wtf à la gloire de l'Eurovision, "Love Love Peace Peace". Un magnifique exemple d'auto-dérision et un refrain vraiment catchy. Coup de coeur. (L'intro est un peu longue mais promis, ça vaut le coup.) - M

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Teazine 5499 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines