Magazine Médias

ÉCONOMIE / LIFESTYLE > Balmain passe sous pavillon qatari pour près de 500 millions d'euros

Publié le 22 juin 2016 par Fab @fabrice_gil
En étant rachetée 485 millions d'euros par Mayhoola (société d’investissement), déjà propriétaire de Valentino, la maison française Balmain devient qatarie, a annoncé la société de conseil dans l'opération, confirmé par une information de nos confrères Les Échos.

ÉCONOMIE / LIFESTYLE alt= Balmain passe sous pavillon qatari pour près de 500 millions d'euros" /> Balmain passe sous pavillon qatari pour près de 500 millions d'euros" border="0" title="ÉCONOMIE / LIFESTYLE > Balmain passe sous pavillon qatari pour près de 500 millions d'euros" />

Olivier Rousteing, Directeur Artistique de Balmain I ©Karim Sadli


"A l'issue de cette transaction, Mayhoola for Investments détiendra 100% du capital Balmain", a confirmé Bucéphale Finance, société spécialisée dans le conseil en matière de fusions-acquisitions, sans dévoiler le montant de la cession du fleuron de la mode et du luxe à la française. Le quotidien économique Les Echos évoque 485 millions d'euros offerts aux héritiers d'Alain Hivelin, décédé en décembre 2014, qui détiennent 70 % de la marque, mais aussi qu'au management dont le créateur de vingt-cinq ans, Olivier Rousteing, à l'origine de la relance fulgurante de la marque depuis 2011. L'entrée au capital de Mayhoola, véhicule d'investissement soutenu par l'émir du Qatar, "permettra à la marque d'accélérer son développement, notamment avec l'ouverture de nouvelles boutiques à l'international", ajoute Bucéphale dans son communiqué.Balmain, créée en 1945 par le couturier Pierre de son prénom, qui réalise un chiffre d'affaires annuel de 120 millions d'euros, se voit ainsi "valorisée pas moins de 15 fois son ebitda" (excédent brut d'exploitation, qui mesure la rentabilité), écrit le journal. "Avec le support financier du Qatar, Balmain, qui ne compte aujourd'hui que huit boutiques dans le monde, dont une à New York depuis avril, espère donc suivre la même trajectoire grâce à son expansion au Moyen-Orient et aux États-Unis", expliquent Les Echos.Une offre financière privilégiéeLes héritières avaient mandaté en février la société spécialisée dans le conseil financier Bucéphale Finance pour chercher un repreneur. Plusieurs investisseurs étaient sur les rangs, dont le fonds français L Capital, des anglo-saxons à l'instar de Permira, ou asiatiques, tel que le Hong-Kongais Li ka-Shing, toujours selon le journal. Au décès du fondateur Pierre Balmain (en 1982), la maison avait été rachetée par un industriel canadien, puis revendue à un ancien dirigeant de LVMH, Alain Chevalier, pour être placée un peu plus d'un an après en redressement judiciaire. La marque avait été reprise ensuite par Alain Hivelin. L'arrivée, en 2006, de Pierre Decarnin, un ancien styliste de Paco Rabanne, avait relancé la maison de couture, séduisant les stars, de Marion Cotillard à Gwyneth Paltrow. Depuis 2011, la maison connaît un nouvel élan sous l'impulsion de son jeune directeur artistique Olivier Rousteing qui mise beaucoup sur la communication via les réseaux sociaux et notamment sur son compte Instagram, qui totalise 3,4 millions d'abonnés. AF

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fab 4306 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines