Magazine Politique

Le problème de l’Europe, c’est le peuple !

Publié le 25 juin 2016 par Blanchemanche
#Brexit
Vendredi 24 Juin 2016


Hervé Nathan


Le Brexit sanctionne vingt années d’errements de la construction européenne, dont les dirigeants (Commission, Conseil, Parlement européen, Cour de Justice) ont voulu, construit, consolidé un espace économique et social mettant systématiquement les travailleurs et leurs systèmes protections en concurrence, vue par les élites comme le moyen de dynamiter les avantages sociaux obtenus par les salariés dans le vieux monde keynésien des années 70. A force de travailler à saboter les conditions de vie, de travail, d’existence, des classes populaires en se servant de l’ouvre boîte de l’UE, les pro-européens ont fini par échouer sur le mur du peuple.

Le problème de l’Europe, c’est le peuple !
David Cameron a annoncé sa démission après la victoire du Brexit - SIPA
Les Britanniques ont donc décidé de quitter l’Union européenne.L’événement est d’une telle portée historique qu’on n’a pas fini d’en mesurer les conséquences et d’en analyser les causes. Sur ce sujet, on peut s’attendre à un déversement d’analyses méprisantes sur le rôle de la xénophobie dans l’histoire et dans les esprits anglais. C’est le rejet de "l’ouvrier polonais" qui aurait conduit les classes populaires forcément obtuses - à la différence des élites financiarisées londoniennes si ouvertes à tous les exotismes - qui a fait basculer ce scrutin vers le "leave".Oui, ce sont bien les bulletins de vote de la ceinture ouvrière du Nord de l’Angleterre et du Pays de Galles qui ont emporté la décision. Et les arguments de prospérité économique apportés par l’Union européenne n’y ont pas pesé assez lourd, comme l’atteste le vote majoritaire des ouvriers de l’usine modèle de Nissan à Sunderland pour le Brexit, alors que les automobiles produites à cet endroit sont presque toutes exportées vers le continent !Et oui encore, la présence importante de travailleurs immigrés, souvent européens, a été un point dur de la campagne référendaire. Mais pour une raison qu’il importe d’éclairer : les travailleurs polonais, roumains, et autres soit environ trois millions de personnes, venus librement des pays intégrés à l’Union européenne ont été vécu par leurs collègues britanniques comme des concurrents déloyaux, dont la présence  dans le pays a un effet massif de contrôle des salaires. Il suffit de rappeler que le Smic anglais est tellement bas que le premier ministre David Cameron, juste avant de convoquer le référendum, a décidé en 2016 une hausse de 40% sur cinq ans. La faiblesse de la protection légale ou conventionnelle des travailleurs britanniques a fait le reste. Pour nombre de chômeurs anglais, le couple "contrat de travail zéro heure/ travailleur immigré" est juste une machine infernale destinée à les plonger ou les maintenir dans la misère. Du coup la liberté d’installation (une des "quatre grandes libertés" de l’Union européenne) apparaît comme le moyen pour les élites, qui elles bénéficient des bienfaits de la globalisation (60% des votants pour le remain à Londres), de refouler les classes populaires dans leurs ghettos sociaux.Voici ce qu’écrivait la députée pro-européenne et travailliste Jo Cox à ses électeurs, avant d’être assassinée :
"Permettez-moi de dire, d’entrée de jeu, qu’il n’y a aucun mal à être préoccupé par l’immigration. Beaucoup de gens le sont. Et ils ne sont pas racistes ou xénophobes pour autant. Ils sont simplement inquiets des pressions qui pourraient peser sur les cabinets médicaux ou sur les écoles, inquiets des changements qui pourraient affecter les centres-villes tels qu’ils les ont connus jusqu’ici, ou alors ils craignent de ne pas pouvoir concurrencer les travailleurs immigrés dans la course à l’emploi"
Le Brexit sanctionne vingt années d’errements de la construction européenne, dont les dirigeants (Commission, Conseil, Parlement européen, Cour de Justice) ont voulu, construit, consolidé un espace économique et social mettant systématiquement les travailleurs et leurs systèmes protections en concurrence, vue par les élites comme le moyen de dynamiter les avantages sociaux obtenus par les salariés dans le vieux monde keynésien des années 70. Dans ce combat douteux, les gouvernements britanniques de droite et de gauche ont joué un rôle moteur. C’est un commissaire anglais conservateur, Sir Leon Brittan, qui a mis au point la doctrine de la concurrence sans frein de l’Union européenne, qui a conduit au démantèlement des grands groupes industriels. C’est aussi un conservateur John Major, qui refuse la directive temps de travail. C’est le travailliste Tony Blair qui refuse la charte sociale européenne, etc… Les gouvernements de gauche et de droite ont ensuite tous milité pour l’application de la directive Bolkestein sur la libre circulation des services, donc des travailleurs détachés, etc… Pour le dire vite : à force de travailler à saboter les conditions de vie, de travail, d’existence, des classes populaires en se servant de l’ouvre boîte de l’UE, les pro-européens ont fini par échouer sur le mur du peuple. Ils ont été aidés par les gouvernants des autres pays, qui, eux aussi, considéraient la concurrence de tous contre tous comme le moyen de moderniser leurs propres pays.Il ne faut pas s’y tromper : le phénomène n’est pas que britannique. En 2005, faute d’Europe sociale (pourtant voulue par Jacques Delors dans les années 1990) les mêmes ressorts avaient pesé lourd dans le « Non » des Français au projet de traité constitutionnel européen. Depuis lors, le fossé entre les deux France, l’une populaire et défiante envers l’Union européenne, l’autre farouchement attachée à sa construction, ne s’est pas refermé. Faute encore plus lourde, le traité de Lisbonne, en 2009, a voulu "effacer" la faute du peuple, qui aurait cédé aux sirènes des "populistes". Mais comme le disait Bertold Brecht, on ne change pas de peuple, et le problème demeure. Lucide, Hervé Mariton, député le plus libéral des Républicains, expliquait à Marianne que depuis lors, "un kyste s’est installé dans la politique française, qui pourrit tout, et qu’il faudra bien faire trancher", par un autre référendum. La plupart des responsables de gauche et de droite sont in petto du même avis, mais redoutent une épreuve qui pourrait les balayer… Les peuples sont bien des emmerdeurs de gouverner l’Europe en rond mais, étant la seule source de la politique, il n’y a d’autre voie que de bien les écouter.http://www.marianne.net/probleme-europe-c-est-peuple-100243883.html?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&utm_campaign=Echobox&utm_term=Autofeed#link_time=1466755831
«Puisque le peuple vote contre le Gouvernement, il faut dissoudre le peuple.»
[ Bertolt Brecht ] 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29314 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines