Magazine Info Locale

Les appentis sorciers du Brexit jouent la montre

Publié le 26 juin 2016 par Gezale

Les Boris Johnson et Nigel Farage n’ont — malheureusement pour eux — pas de plan B. Ils ont gagné le référendum et obtenu le droit de sortir de l’UE mais face à cette victoire, ils sont comme tétanisés. Depuis des mois, ils font campagne pour le out sans en anticiper toutes les conséquences. On appelle ces gens-là des apprentis sorciers. Alors, comment faire face à une situation mal évaluée, mal calculée, mal préparée ? Une situation suscitant bien des troubles au sein des deux partis majoritaires, les conservateurs et les travaillistes. Corbyn, le responsable du labour, est d’ailleurs dans la ligne de mire des snipers du cabinet fantôme et demain pourrait bien être un jour de vérité pour celui qu’on accuse d’avoir été mou du genou pendant la campagne. 45 % des militants du Labour ignoraient que leur pari était favorable au maintien dans l’Union européenne. Lafaute à qui ?
Que souhaitent les auteurs du Brexit ? Jouer la montre. Gagner du temps. Boris l’échevelé (une vidéo passé en boucle rappelle qu’en 2013 il défendait l’UE avec conviction) veut prendre tout son temps avant que le premier ministre adresse la fameuse lettre de sortie au président de la Commission européenne. Hâtons-nous lentement, c’est le nouveau mot d’ordre de ceux qui, hier, semblaient bien pressés de quitter l’union. Pourquoi attendre ? Pour engager dès maintenant des négociations permettant à la Grande-Bretagne de discuter en position de force les futurs accords économiques avec l’UE. M. Johnson veut le beurre, l’argent du beurre et si possible la crémière. Ce qu’il veut, c’est simple : priver la Grande-Bretagne des inconvénients de l’Union et en même temps bénéficier de tous ses avantages dont l’accès au marché unique…On connaît la chanson.
Va-t-on le laisser faire ? Surtout quand Angela Merkel, pour des raisons plus économiques que politiques souhaite ne pas déplaire aux auteurs du Brexit. Elle sait combien les relations entre l’Allemagne et le Royaume uni sont fortes, elle qui a si souvent trouvé en Cameron un appui solide. On comprend qu’elle veuille ménager ses anciens amis et ne pas insulter l’avenir. François Hollande ne semble pourtant pas disposé à jouer ce jeu subtil et combinard. D’où la recherche d’appuis auprès de Matteo Renzi, notamment, qu’il rencontre ce soir.
Car chaque jour qui passe ajoute à la confusion. Si, comme le prévoit les textes, une période de deux ans doit permettre la sortie en bon ordre de la Grande-Bretagne on ne doit pas pour autant satisfaire les extravagantes demandes de ses dirigeants actuels. Un pied dedans, un pied dehors, c’était bon hier. Boris, lui, a les deux pieds dans la m…Il l’a bien cherché. Qu’il se dépatouille sans nous.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gezale 7322 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine