Magazine Info Locale

La Rochelle : les urgences sur les rotules

Publié le 26 juin 2016 par Blanchemanche
#LaRochelle #hopitalSaintLouis
Publiéle 25/06/2016  par AGNÈS LANOËLLE
Le service des urgences de l’hôpital Saint-Louis à la Rochelle : la pénurie de médecins s’annonce inquiétante alors que le service se prépare à l’afflux des touristes.
Le service des urgences de l’hôpital Saint-Louis à la Rochelle : la pénurie de médecins s’annonce inquiétante alors que le service se prépare à l’afflux des touristes.© PHOTO XAVIER LÉOTY

Le service des urgences doit faire face à une préoccupante pénurie de médecins.

Le malade n'est pas n'importe qui. Le service des urgences de l'hôpital Saint-Louis, à La Rochelle, ne se porte pas bien. Le diagnostic : grosse fatigue et crise d'angoisse. Des symptômes qui ne touchent pas seulement le personnel soignant. Cette fois, la déprime gagne les toubibs. Courant mai, six médecins ont posé des arrêts maladie. Et pour la première fois lors d'un comité médical d'établissement qui s'est tenu il y a quelques jours, un médecin a présenté longuement aux différents participants un exposé sur le burnout chez les... médecins.Depuis le début de l'année, les urgentistes sont sous pression. « Le service n'avait jamais connu une crise comme celle-là. Aujourd'hui c'est un service fragilisé alors qu'historiquement, il a toujours été un service solide avec une bonne ambiance », estime Julien Bondeux de la CFTC, lui-même infirmier aux urgences. En off, les témoignages affluent et évoquent les mêmes symptômes : journée de travail sans fin, sentiment d'épuisement, de sacrifier sa vie de famille, de ne pas être entendu par la direction... «On tombe les uns après les autres », confirme ce cadre, qui n'a pas l'habitude de se plaindre. « Certains jours, on se retrouve dans des situations ubuesques », explique un autre.

Des trous certains jours

À la veille de passer en mode été et de recevoir un afflux de touristes lié à l'attractivité de la Charente-Maritime, le service des urgences de La Rochelle s'inquiète donc de son fonctionnement estival. Pour l'heure, c'est un peu la panique à bord. Le constat est sans appel : il n'y a plus assez de médecins pour compléter les tableaux du planning.En clair : il y a carrément des trous certains jours. Rien que cette semaine, le service a dû réduire sa capacité d'accueil de 15 à cinq lits faute de personnel. Et même faire appel à des élèves aides-soignantes pour seconder un infirmier. L'arrivée massive de touristes devrait encore un peu plus tendre la situation. Autrefois, l'hôpital faisait appel à des praticiens intérimaires qui intervenaient ponctuellement selon les besoins du planning. Il s'agissait souvent de médecins en vacances en Charente-Maritime et qui acceptaient de travailler quelques jours. Mais ces derniers temps, il est de plus en plus difficile de recruter.

Grands événements à venir...

« Nous sommes un des plus gros services d'urgence de la région. Les volontaires savent qu'il y a énormément de boulot. Et même si la gestion des accueils est toujours aléatoire, qu'on n'aime pas la routine dans ce métier, certains jours c'est l'enfer. Certains préfèrent aujourd'hui travailler avec moins de pression sur d'autres services d'urgence », assure un urgentiste. Des coups de chauffe qui s'accélèrent au moment de certains grands événements.Là encore La Rochelle n'en manque pas. Actuellement, les équipes planchent sur le plan d'urgences des Francofolies. L'hypothèse que les urgences de l'hôpital ne prennent pas en charge le festival aurait même été évoquée. Une rumeur qui ne serait pas fondée.La direction n'a pas encore répondu aux deux principales revendications des urgentistes pour conforter un dispositif déjà sur le fil du rasoir : le recrutement d'intérimaires et le renfort de sa troisième équipe Smur, rapatriée à La Rochelle il y a quelques années mais plutôt dédiée à l'île de Ré. La direction confirme qu'elle a bien transmis un dossier à l'Agence régionale de santé (ARS) de Bordeaux, qui devra statuer sur la nécessité de moyens supplémentaires ou pas. Elle ne nie pas « la tension actuelle du marché des intérimaires liée au territoire mais aussi à un contexte national ». Mais elle compte sur « la solidarité interne des praticiens ». Tant qu'il y en a.http://www.sudouest.fr/2016/06/25/les-urgences-s-ur-les-rotules-2412909-1318.php

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29324 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte