Magazine Santé

Cancer : les probiotiques pour protéger le sein

Publié le 27 juin 2016 par Santelog @santelog

Une femme sur 8 recevra un diagnostic de cancer du sein au cours de sa vie… Il y a les facteurs génétiques bien sûr, cependant l’environnement peut également favoriser le développement de la maladie : l’obésité est un facteur ainsi déjà bien documenté. Ces scientifiques se sont attachés à étudier le rôle des batéries ou microbiome local du tissu mammaire sur le risque de développement du cancer du sein. Leurs travaux, présentés dans la revue Applied and Environmental Microbiology, identifient des bactéries bénéfiques qui protègent le sein du cancer.

CANCER du SEIN: La piste des probiotiques pour protéger le sein – Applied and Environmental Microbiology
Les chercheurs de la Western University, London (Canada) et de l’University College Cork (Irlande) décryptent pour la première fois le rôle du microbiote mammaire, apportant de nouvelles données sur le rôle du microbiome humain sur la santé et ses spécificités associées à la maladie.

Les chercheurs montrent, à partir de l’analyse par séquençage ADN, de tissus du sein de 58 femmes ayant subi une mastectomie et de 23 femmes en bonne santé ayant subi une réduction mammaire

·   que certaines bactéries favorisent le développement du cancer du sein et sont présentes à des niveaux plus élevés dans les seins des patientes atteintes,

·   tandis que d’autres bactéries, bénéfiques et protectrices contre le cancer, sont plus abondantes dans les seins en bonne santé.

Les  » mauvaises  » bactéries : en pratique, l’étude montre que les femmes atteintes d’un cancer du sein ont des niveaux élevés d’Escherichia coli et de Staphylococcus epidermidis, des bactéries connues pour induire des cassures de double brin d’ADN. Un type de dommages à l’ADN, expliquent les chercheurs, causé par des agents génotoxiques, les espèces réactives de l’oxygène et les rayonnements ionisants. Le mécanisme de réparation de ces cassures double brin comporte taux élevé d’erreurs qui vont finalement conduire au développement de cancer.

Les  » bonnes bactéries  » : à l’inverse, Lactobacillus et Streptococcus, considérés comme des bactéries bénéfiques sont retrouvés à des niveaux plus élevés dans les seins en bonne santé. Ces 2 espèces présentent des propriétés anticancéreuses. Streptococcus thermophilus, par exemple, produit des antioxydants qui neutralisent les espèces réactives de l’oxygène, responsables de dommages à l’ADN, et

Des probiotiques pour protéger les femmes contre le cancer du sein ? S’il est démontré que le lait maternel contient des bactéries bénéfiques et que l’allaitement maternel peut donc jouer un rôle dans la réduction du risque de cancer, comment renforcer cette protection bactérienne chez les femmes qui n’ont jamais allaité ? L’idée serait donc de pouvoir améliorer la flore bactérienne des seins : de précédentes études ont montré que des probiotiques les lactobacilles peuvent -chez la Femme- atteindre la glande mammaire et jouer ce rôle bénéfique. La question de lutter contre le risque de cancer par l’abondance des bactéries bénéfiques et la réduction des bactéries nuisibles, par le biais des probiotiques, est donc posée : c’est une toute nouvelle option pour améliorer la gestion du cancer du sein. Reste néanmoins à vérifier les effets liés aux interactions possibles avec le système immunitaire de l’hôte…, concluent les chercheurs.

Source: Applied and Environmental Microbiology 24 June 2016, doi: 10.1128/AEM.01235-16 The microbiota of breast tissue and its association with tumours

CANCER du SEIN: La piste des probiotiques pour protéger le sein – Applied and Environmental Microbiology
Plus de 100 étudessur le Cancer du sein


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 69803 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine