Magazine Europe

L'Europe ne peut pas se faire sans les peuples.

Publié le 17 juin 2008 par Dominique Lemoine @lemoinedo

Le peuple Irlandais a dit NON au traité européen simplifié et tout laisse penser que d’autres peuples auraient effectués le même vote si leur Président s’était montré démocratique en les consultant par référendum.

Cela ne veut pas dire que les peuples – et les Irlandais dans ce cas – ne sont pas des européens convaincus mais la signification est bien ailleurs.

Enfermés dans leurs certitudes, les dirigeants européens n’ont toujours pas compris que l’on ne peut pas construire l’Europe contre la volonté des peuples car l’Europe est avant tout une affaire de PEUPLE, bien avant les autres aspects.

Ce NON, que les dirigeants – dont le Président Français vont chercher à contourner dans les prochains jours – traduit pourtant un fait : les européens ne sont plus prêts à voter pour un texte ININTELLIGIBLE.

Et on peut dire que le nouveau traité est bien plus complexe que celui déjà refusé par la France et les Pays-Bas puisqu’il est constitué de 260 pages d’amendements en référence à 3000 pages d’annexe.

Tant que l’on ne sera pas capable d’écrire un texte simple, compréhensible par tout le monde, il est fort probable que celui-ci soit systématiquement refusé par un peuple plus informé q’on veut bien le dire.

Les politiques ont le devoir d’analyser les raisons de ces refus multiples. Les politiques ne doivent pas vouloir passer en force par la voie la moins démocratique. Les politiques ont le devoir d’identifier l’écart qui existe entre ce que l’Europe aurait du être si elle avait respecté les principes édictés par Robert Schuman et ce qu’elle est devenue.

En proposant une vraie communauté de destin, claire et lisible, je suis convaincu que le oui serait sorti des urnes.

Dominique lemoine


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dominique Lemoine 164 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte