Magazine High tech

Test: Pokemon Go vs Ingress

Publié le 07 juillet 2016 par Eric78

Depuis quelques années, je suis accro à Ingress, un jeu pervasif développé par Niantic Labs. Pour mémoire, Ingress est à la base un projet mené par John Hanke, anciennement responsable de la division « Geo » de Google (qui édite notamment Google Earth). Ce détail à son importance car Ingress et Pokemon Go sont des jeux en réalité augmentée basé sur la cartographie de Google Maps. Tout le gameplay tourne au tour des déplacements que vous allez faire dans les rues, avec ces jeux pas questions de rester enfermé chez vous, tout se passe sur le terrain IRL. Sur les mécaniques de base Ingress et Pokemon Go sont donc très similaire car l’éditeur Niantic à en fait ré-utilisé « les portails » créés au fils des années par les utilisateurs d’Ingress. Les portails sont en fait des lieux historiques, des monuments et autres points d’intérêt (statues, fontaines…). Pour jouer, il faut se trouver à proximité de ses points d’intérêt avec lesquels il est possible d’interagir (soit pour récupérer des bonus, soit pour attaquer un clan ennemi). Joueur d’Ingress, vous ne serez pas dépaysé, vous pourrez donc retrouver vos portails à la même position, avec le même nom et les même photos dans Pokemon Go. Si vous êtes nouveau joueur, vous verrez qu’il est simple de se repérer sur la carte et trouver les items dans les rues grâce au GPS de votre smartphone). A noté, qu’il s’agit d’un jeu signé Niantic  et qui utilise la licence attribué par Pokemon Company (et non Nintendo dont le logo n’apparaît pas en gros sur l’écran titre)

Pour télécharger Pokemon Go, vous devez récupérer l’APK pour Android et l’installer sans passer par le store pour l’instant en France.

Tout comme bon Pokemon, il vous faut commencer votre chasse aux « little monsters » comme dirait Lady Gaga en sélectionnant une bestiole pour partir à l’aventure dans les rues au tour de chez vous. Au départ, vous aurez simplement le choix entre les classiques: Salameche, Bulbizarre et Carapuce. Pour commencer votre quête, le jeu commence par remplir votre inventaire ce qui vous aidera à progresser vite dans les premiers levels. Vous êtes ainsi doté de 50 Pokéball, 2 encens (pour attirer les Pokemon sauvage), un appareil photo et un incubateur (qui permettra de faire éclore les oeufs que vous trouverez en chemin). Voilà, vous êtes prêt à partir à l’aventure… Vous allez atteindre très rapidement le level 2 ou vous aurez encore 10 pokeball supplémentaire… Sur la papier cela fait beaucoup mais dans les faits, le temps de comprendre comment les lancer puis de réussir à immobiliser la créature qui vous fait fasse, vous verre que cela part vite! Quand je dis que la créature vous fait face, c’est pour de vrai puisque la réalité augmentée prend tout son sens ici, puisque les pokemon apparaissent incrustés sur l’image capturés par l’appareil photo du smartphone. Attention, cela semble demandé un téléphone relativement puissant (mais pendant le combat, vous avez accès à un bouton pour désactivé la réalité virtuelle si le combat n’est pas assé fluide).
L’effet des encens reste actif 30 minutes… dans mon cas dans ce laps de temps, en marchant je n’ai attiré que 4 Pokemon à moi…

Certains objets de votre inventaire ne sont accessible qu’à des moments précis comme l’appareil photo qui permet de prendre une capture d’écran quand vous croisez un Pokemon sauvage, ce qui donne parfois lieu à des clichés fun puisque vous verrez un Pokemon incrusté dans un lieu parfois incongrus (sur Twitter, on voit que les petites bêtes aiment se planquer dans les toilettes)

Parmis les autres objets, vous avez l’incubateur que vous pouvez ré-utilisé à volonté mais que pour un seul œuf à la fois. Une fois que vous avez placé un oeuf dans un incubateur, il faut le faire éclore. Contrairement aux jeux traditionnel cela n’arrive pas en fonction du temps passé ou du nombre de tour joués mais en fonctions du nombre de kilomètres parcourus (généralement entre 2,5 et 5 km). Attention comme dans Ingress seul la distance parcouru avec l’application ouverte et le signal GPS est comptabilisé. De plus, il faut que vous vous déplaciez à la vitesse d’un piéton (ou au mieux de quelqu’un qui coure) si non les kilomètres ne sont pas comptabilisés.

Votre personnage dont vous aurez choisi le look en début de partie level up chaque fois que vous capturez un Pokemon. Pour que vos Pokemon gagne en XP, il faut leur donner les poussières d’étoile tandis que pour les faire évolué, il faudra leur donner des bonbons. Les friandises vous sont données à chaque fois que vous « recycler » un Pokemon en le refourguant au professeur… Un conseil donc attrapez les tous si vous voulez up rapidement. Généralement avant même le niveau 5 de votre perso, vous aurez fait évolué au moins un Pokemon qui aura évolué. En parlant du niveau, sachez que c’est lorsque vous l’aurez atteint que le jeu commence vraiment puisqu’avant vous n’aurez pas accès aux arènes pour affronter les autres dresseurs (répartie dans 3 équipes).

Les arènes sont symbolisées par des logos facilement identifiable sur la carte tout les Pokéstop que vous croiserez en chemin et qui vous permettent de collecter des items (pour l’instant uniquement des Pokeball et des oeufs. Espérons que cela évolue avec le temps et que les items bonus / malus soit aussi variés que dans Ingress apparaissent avec le temps, si non l’intéret du jeu risque de retomber à cause de la simplicité du gameplay). Lorsque vous arrivez les Pokéstop sont bleu et passent au violet après les avoir activé. Il faut patienter plusieurs minutes avant qu’il repasse au bleu et pouvoir à nouveau récolter les précieux items… Une mécanique de jeux identique à Ingress qui vous obligera à faire des allé retours.. Là encore, l’interraction est bien moins poussé qu’Ingress qui propose des jeux de mémoire pour récolter plus de bonus… Dans Pokemon Go, il faut juste lancer la roulette à bonus du bout du doigt, pas de stratégie de possession d’un Pokestop par une équipe.. cela na concerne que les arènes… Un peu décevant de ce côté.

Conclusion

Pokemon est un jeu sympa mais le GamePlay semble plus simpliste(trop) que celui  lui d’Ingress. Pour chasser les Pokemon, il est moins nécessaire de se déplacer sur de grandes distances ce qui conviendra certainement à un publique plus jeune que celui d’Ingress.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Eric78 1882 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte