Magazine Santé

Les traitements du diabète

Publié le 19 juillet 2016 par Claire Roques @GUIDEIDE

Objectifs du traitement diététique

Principales Recommandations

Surveillance du poids au moins une fois par semaine.

L'alimentation du diabétique

L'alimentation doit apporter :

Les 3 grands principes

1) Manger des glucides : indispensable

Principal source d'énergie, ils comblent la faim, ils contribuent au bon contrôle du diabète, notamment les aliments avec un index glycémique faible.

2) Manger des fibres : augmenter la ration

Consommer des fibres à chaque repas permet de ralentir l'absorption glucidique et régule le transit intestinal.

Manger fruits et légumes à chaque repas (riches en vitamine et minéraux).

Pour diminuer les risques cardiovasculaires et lutter contre le surpoids.

En contrôlant notre apport en graisses.

Limiter les quantités de matières grasses sans les supprimer.

Favoriser l'utilisation des matières grasses insaturées : l'huile d'olive, huile de colza, huile de tournesol.

Choisir des viandes peu grasses

Manger plus souvent du poisson

Limiter le fromage, A remplacer par des produits laitiers maigres ou demi écrémés, sans ajout de sucre.

En pratique

  • 1 crudité et/ou 1 fruit cru
  • 1 part de viande, poisson, œufs
  • Féculents : pommes de terre, pâtes, riz, semoule, légumes secs et/ou du pain
  • Légumes verts
  • 1 laitage (nature) ou 1 portion de fromage
  • 1 " équivalent " matière grasse

Avantages de l'activité physique

Une activité physique régulière :

Bilan préalable

Recherche de contre-indications :

  • L'intensité et le type dépend du patient
  • Programmer l'effort physique
  • Nécessité d'un effort régulier et non intense
  • Préférer sport progressif ou endurance
  • Eviter les sports à risque (plongée, parapente...)
  • Durée : 30 minutes au moins, 60 minutes idéal, échauffement nécessaire.
  • Fréquence : 3 à 5 fois par semaine

Adaptation du traitement en fonction de l'activité physique

Adaptation alimentaire :

Auto-surveillance : avant, pendant et après.

Adaptation du traitement :

  • Avant : Bonne glycémie sans cétonurie : réduction du traitement (insuline ou sulfamides), pas d'injection près du muscle qui travaille.
  • Après : Réduction du traitement (effet prolongé)

Insulinosensibilisateurs

Les insulinosécréteurs

Les inhibiteurs des alphaglucosidases

Les Nouveaux Traitements

Les insulinosensibilisateurs

Les Biguanides

Ils agissent en améliorant la sensibilité à l'insuline d'où diminution de l'insulinorésistance :

Ils abaissent ou normalisent la glycémie SANS provoquer d'hypoglycémie.

Petit effet anorexigène : perte de poids de 2 à 3 kg.

Effets secondaires

Troubles digestifs, diarrhée.

Un biguanide se prend au milieu ou à la fin du repas pour limiter les risques de troubles digestifs.

Important : Les biguanides doivent être arrêtés 2 à 3 jours avant toute intervention chirurgicale ou la réalisation d'un examen radiologique avec produit de contraste iodé.

Risque : Acidose lactique

Quelques Noms de biguanides

Les thiazolidinediones

  • Amélioration de l'action de l'insuline surtout au niveau du tissu adipeux.
  • Pas d'hypoglycémie
  • Indication : Diabète de type 2 en surpoids
  • Effets indésirables : œdèmes des membres inférieurs, prise de poids
  • Précaution : surveillance des enzymes hépatiques
  • Contre-indication : Insuffisance cardiaque, allergie à l'un des constituants, insuffisance hépatique, grossesse, allaitement.

Quelques Noms de ce traitement

Les insulinosécréteurs

Les sulfamides hypoglycémiants

Quelques noms de ce traitement

Ils agissent en stimulant la sécrétion d'insuline par le pancréas.

Indication : Diabète de type 2 de poids normal ou en surpoids.

Précaution d'emploi : A prendre ¼ d'heure avant le repas, respecter les horaires de prise.

Contre-indications : insuffisance rénale ou hépatique, allergie aux sulfamides, grossesse, allaitement.

Les Glinides

Les inhibiteurs des alphaglucosidases

Noms de ce traitement : Glucor®

  • Retardent l'absorption intestinale des glucides
  • Ils baissent les glycémies postprandiales et la glycémie moyenne
  • Efficacité modérée
  • Effet secondaire majeur : troubles digestifs : flatulence, douleurs abdominales, diarrhée.
  • Pas de contre-indication majeure

Les nouveaux traitements

Les incrétines

GLP1 = Glucagon-like peptide 1

Hormone intestinale à effet incrétine :

  • Stimulation libération insuline
  • Inhibition sécrétion glucagon
  • Freinage de la vidange gastrique
  • Réduction de l'appétit et de l'apport calorique (perte de poids)
  • Stimulation de la croissance des cellules bêta (arrêter progression du diabète type 2)
  • Normalisation du contrôle glycémique SANS RISQUE d'HYPOGLYCEMIE.

Limitations

  • Si voie orale, destruction immédiate dans l'estomac donc INJECTION.
  • Dégradation rapide dans le sang en composants inactifs par l'enzyme DPP4 (dipepetidyl peptidase 4)

⇒ Seule 15 à 25% reste intacte et biologiquement active après injection.

Les Gliptines

J'espère que ce cours vous a plu ! N'hésitez pas à le partager ou à me laisser un commentaire !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Claire Roques 159 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine