Magazine Culture

Critiques Séries : Feed the Beast. Saison 1. Episodes 4 et 5.

Publié le 22 juillet 2016 par Delromainzika @cabreakingnews

Feed the Beast // Saison 1. Episodes 5 et 6. Gimme a T / The Wild West.


Plus le temps passe et pire sont les épisodes. Alors que le menu du Thirio doit encore être finalisé, la série continue d’errer dans tous les sens, servant toujours la même chose aux téléspectateurs semaines après semaines. Si chacun des personnages apprenait de ses erreurs, on gagnerait alors pas mal de temps et la série serait beaucoup moins moribonde au bout de cinq (et six) épisodes. Tommy continue d’être le personnage mou comme un caramel, Dion d’être celui qui est le plus impulsif mais pour qui les choses ne tournent probablement pas de la meilleure façon qu’il soit non plus. Le restaurant est toujours au bord du désastre et puis à la fin de l’épisode on n’a rien vraiment appris. « Gimme a T » prend alors le problème de la licence d’alcool. Oui, le Thirio n’en a pas et c’est un peu problématique quand l’un des deux directeurs du restaurant est sommelier et qu’il doit donc vendre du vin. On n’a pas besoin d’être dans le business des restos pour savoir qu’une licence d’alcool est compliqué à avoir. Ce n’est pas quelque chose que l’on peut avoir en claquant des doigts mais Feed the Beast adore faire les choses de façon simpliste. Il aurait été intéressant de voir comment le restaurant pouvait fonctionner dans l’attente d’une licence.

Polar se retrouve à contacter un ami à elle qui est dans le business afin d’accélérer la procédure. Encore une fois, Feed the Beast arrive à faire les choses trop simplement sans surprendre réellement le téléspectateur. J’aurais adoré que le scénario vienne appuyer de bonnes idées mais une telle licence n’arrive pas à être l’intrigue qu’il fallait. Pourtant, le problème de cette licence n’est pas le pire moment de cet épisode. Le pire vient de Marisa qui débarque afin de faire savoir à Dion qu’elle est enceinte … de lui. Comme il n’est pas au restaurant, Marisa laisse un message avec l’adresse de la clinique où elle veut avorter. Et Pilar, qui ne connaît pas cette femme ni même l’histoire qui la lie à Dion va tout faire pour faire comprendre à cette femme qu’elle fait l’erreur de sa vie. J’en ai marre des séries américaines bien pensantes qui n’arrivent pas à assumer l’IVG. Après tout, l’avortement est légal dans le pays mais c’est un sujet toujours sensible et ici c’est traité de façon tellement lisse que cela fini par devenir un problème. J’aurais préféré que la série gère ce que Dion aurait fait s’il avait su qu’il était arrivé trop tard après l’avortement. Cela aurait pu créer de l’émotion. Même avec les mimiques de Jim Sturgess imitant sans cesse Robert de Niro (et cela commence à devenir un peu irritant à la longue).

Mais alors, vous allez me dire pourquoi je continue de regarder Feed the Beast. Je ne sais pas pourquoi. La série est un échec en long et en large et plus le temps passe et plus ce qu’elle tente de raconter est raconté de la pire des façons. Moi qui rêvait de voir une série capable de s’améliorer, « The Wild West » ne fait qu’enfoncer le clou. Le restaurant se prépare à l’ouverture et après quelques problèmes (car un épisode de Feed the Beast ne peut pas se dérouler sans un problème), un gros arrive en guise de cliffangher : un règlement de compte avec morts et armes à feu est médiatisé devant le restaurant ce qui risque de ne pas trop donner envie à qui que ce soit de venir à Thirio et risque de faire couler le business. Surtout après que Dion ait tenté le pamphlet pour le Bronx au début de l’épisode. Mais la boucle se boucle toujours de la même façon dans cette série, manquant ainsi de surprendre le téléspectateur. Les dix minutes de dîner au restaurant pour l’inauguration ne sont pas particulièrement passionnantes. Rythmées par de la musique hasardeuse, des personnages qui errent un peu et des intrigues qui pataugent dans la semoule, Feed the Beast continue de décevoir. La question reste de savoir si cet épisode est ce que Feed the Beast pouvait faire de pire ou bien si elle peut tomber encore plus tard. En plus de ça, l’histoire des fausses factures est un peu too-much et créé encore un problème qui manque cruellement de soutien.

Tout ce que Feed the Beast tente d’entreprendre est détruit la scène suivante et c’est bien le problème qu’il y a dans cette série jusqu’à présent. « Gimme a T » n’était pas forcément le pire exemple de ce que la série peut faire, mais « The Wild West » m’a énormément ennuyé. J’ai à un moment hésité à lâcher complètement en cours de route afin de passer à autre chose. Mon côté maso fera que je vais sûrement regarder les prochains épisodes. Mais Feed the Beast ne mérite pour le moment pas de saison 2.

Note : 3/10 et 2/10. En bref, plus le temps passe et pire sont les épisodes.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte