Magazine

Afrique : le contrat social à l’agonie

Publié le 22 juillet 2016 par Unmondelibre
Version imprimableVersion imprimable Afrique : le contrat social à l’agonie

En Afrique, les pays constamment en proie aux troubles sociaux sont les plus pauvres. L’origine de ces troubles n’est pas que d’ordre économique d’autant que le continent est  potentiellement très riche économiquement. Une explication complémentaire à l’origine de ces troubles doit être cherchée ailleurs, notamment dans les rapports politiques entre le peuple et ses représentants, rapports marqués par la non concordance entre ces deux grandes « entités ».

En lieu et place de la concorde entre le peuple et ses représentants pour le bien-être des citoyens, nous nous trouvons malheureusement en présence d’une opposition de plus en plus profonde entre ces deux blocs, au point l’on assiste désormais à une sorte de rupture totale de confiance entre les peuples et les dirigeants africains. Pourquoi ?

L’ordre social juridique a (est) une histoire. Dans les sociétés très anciennes prévalait le droit de chacun de veiller à son propre intérêt, voire de se rendre justice. Dans ces sociétés pré-politiques caractérisées par la vendetta, l’idée même de société de droit n’existait pas[1]. Mais les choses sont-elles meilleures aujourd’hui dans nos sociétés africaines l’on chante à longueur de journée le fait que nous vivions dans des Etats de droit ?

L’on se souvient qu’après le système monarchique, l’on est passé depuis le XVIIIe, siècle des Lumières, aux sociétés républicaines modernes les hommes sont théoriquement liés par un nouveau contrat social fondé sur l’égalité de tous les hommes, la liberté de chacun, la laïcité et, surtout le règne du droit. Mais après tant d’années d’expériences et d’expérimentations, nos Etats devenus indépendants semblent incapables de parvenir à l’édification d’un véritable Etat de droit. A première vue, les violations des droits et libertés des citoyens, les violences électorales et postélectorales, les rébellions, les coups d’Etat armés ou constitutionnels, les violations flagrantes de la loi fondamentale, etc. constituent le spectacle récurrent que nous offrent les sociétés modernes africaines. Qu’est-ce qui ne va pas ?

Certes, l’Etat de droit, partout dans le monde, n’est qu’une possibilité, un idéal auquel aspire tout peuple à vivre dans des conditions le contrat républicain est appliqué et respecté par tous. Malheureusement, cette aspiration demeure en Afrique un mirage ou dans certains cas un simple slogan politique. Néanmoins, parmi toutes les difficultés, deux faits majeurs retiennent souvent l’attention : l’absolutisme des dirigeants, la passivité voire l’indifférence des citoyens face à la conduite et à la gestion de la chose publique.

D’abord, du côté de l’élite politique, l’édification de l’Etat de droit semble plutôt laisser place à l’exercice d’un despotisme avançant à visage masqué sous le couvert de la démocratie représentative. L’Etat, loin d’incarner la volonté du peuple, semble se muer en un instrument idéologique au service de groupes particuliers égoïstes et partisans qui font et défont la loi au gré de leurs intérêts. Ainsi, le philosophe allemand Fichte, il y a bien longtemps, soulignait-il le fait que « Le droit règne jusqu’à un certain point dans le monde. Dans l’ensemble, il règne en outre plus qu’il n’a régné dans aucun état antérieur du monde ; mais il s’en faut de beaucoup pour qu’il soit établi partout »[2]. Oui, le droit est proclamé partout, mais la loi reste à la merci des princes et de quelques individus manipulateurs. Dans cette perspective, l’un des écueils qui inquiète le plus dans l’édification de l’Etat de droit en Afrique réside bien dans la non-concordance entre le peuple et ses représentants. Le contrat social est constamment transgressé, d’où la rupture de confiance entre les citoyens, entre le peuple et l’Etat, etc.[3] Or la confiance est la pierre d’achoppement des théories de la fondation du pouvoir.

Ensuite, concernant les gouvernés, il faut dire que cette majorité silencieuse qui mène un combat quotidien pour sortir du gouffre de la misère n’a pas vraiment le temps d’assumer pleinement ses droits et devoirs. Mais, la plupart du temps, elle ne veut pas ou juge inutile de s’engager dans des débats politiques jugés trop complexes et se contente de subir les orientations dictées par les pirates politiques, surtout que, pour elle, les choses se suivent et se ressemblent toujours. Mais il y a comme un cercle vicieux. D’une part, l’absolutisme des dirigeants, leur propension à placer leurs propres intérêts au dessus de l’intérêt collectif engendre la paupérisation et la culture de la passivité. D’autre part, cet état d’impuissance des citoyens ne facilite guère leur pleine participation à la vie politique. Dès lors, les politiciens peuvent faire ce qu’ils veulent en jouant sur l’incapacité du peuple souverain à bien comprendre les choses ; les populations, elles, se complaisent de plus en plus dans le rôle du troupeau prêt à suivre aveuglément le berger, même sachant qu’il les conduit vers des pâturages incertains.

Sur qui faut-il compter ? Le berger ou le troupeau ? Le représentant ou ses mandataires ? La confiance ayant disparue, la seule certitude est que, pour l’Etat de droit, il faudra patienter…

Pr CHRISTOPHE Yahot, Université Alassane Ouattara, Bouaké, Côte d'Ivoire - Le 22 juillet 2016.


[1]Il est ici question de Droit et non de Loi, au sens de la nécessité d’aménager sous des modalités légales la coexistence nécessaire ou la compossibilité des libertés individuelles. Ainsi, le droit ne vise pas directement la prospérité et le bonheur des individus, mais il a pour but, dit Kant, de pacifier la collectivité au moyen de la coercition : « Il est associé à la faculté de contraindre », in, Métaphysique des mœurs, II, trad. A. Renaut, GF-Flammarion, 1994, § D, p. 17.

[2]Fichte, Doctrine de l’Etat, 1813, trad. F. Albrecht, Paris, J. Vrin, 2006, p. 80.

[3]Les magistrats, censés faire respecter le droit et la loi sont eux-mêmes souvent obligés de mener une terrible lutte pour obtenir et garantir leur autonomie vis-à-vis de l’exécutif. Mais de manière générale, les relations incestueuses entre le législatif, l’exécutif et le judiciaire continuent d’entraver la marche vers l’Etat de droit dans la plupart des pays africains.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Proactif : Comment devenir ?

    Proactif Comment devenir

    Lorsqu'une situation imprévue se produit, il y a deux façons d'agir: blâmer les circonstances et attendre désespérément que quelqu'un fasse quelque chose ou... Lire la suite

    Par  Newton14
    CÔTÉ FEMMES
  • Les jardins des lumières, de retour a Montréal

    jardins lumières, retour Montréal

    crédit photo: Espace pour la vie (Claude Lafond)Les Jardins de Lumière c'est une exposition grandiose dans l'un des plus beaux sites urbains de la région: le... Lire la suite

    Par  Nanatoulouse
    ENFANTS
  • Nintendo propose des manettes NES pour la SWITCH

    Nintendo propose manettes pour SWITCH

    La console (Nintendo Entertainment System), lancée en 1987 en Europe, n'en finit pas de revenir sous une forme ou une autre. Après la commercialisation de sa ... Lire la suite

    Par  Golem13
    HIGH TECH, JEUX VIDÉO
  • Mondialité(s)

    Mondialité(s)

    Sarah Wagenknecht.Être de gauche face à l’immigration, c'est assumer la mondialité du développement et l’universalité des droits – l’internationalisme en... Lire la suite

    Par  Jean-Emmanuel Ducoin
    CULTURE, HUMEUR, MÉDIAS, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Comment attirer plus de clients dans son magasin ?

    Gagner des clients est vital pour une entreprise. Sa croissance et sa survie en dépendent bien évidemment. Pour cette raison, développer une stratégie pour... Lire la suite

    Par  Aude Mathey
    CULTURE, MARKETING & PUBLICITÉ, MÉDIAS
  • Et si on prenait la bicyclette ?

    prenait bicyclette

    Entre la voiture, la moto, les transports publics, le vélo, le vélo électrique et la marche, quel est le mode de déplacement le plus sain ? Sans surprise, le... Lire la suite

    Par  Santelog
    SANTÉ
  • 50 millions d'iPhone X vendus dans le monde

    millions d'iPhone vendus dans monde

    Alors qu'Apple vient de présenter ses nouveaux iPhone (XR, XS et XS Max), le cabinet d'analyse Canalys rappelle que le constructeur américain est actuellement l... Lire la suite

    Par  Next51
    HIGH TECH

A propos de l’auteur


Unmondelibre 432241 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte