Magazine Conso

Louis Vuitton : l’amour en fuite…

Publié le 24 juillet 2016 par Pascal Iakovou @luxsure

Tout avait si bien commencé dans la passion Nicolas Ghesquière, Bernard Arnault. Après 15 ans de fidélité à Balenciaga, Ghesquière prend la tête de la direction artistique des collections femmes pour Louis Vuitton en 2013. Si le designer, artiste, couturier avait fait rimait Balenciaga avec son propre nom, le voilà propulsé dans une maison à l'histoire prégnante, au chiffre d'affaires pharamineux- l'enfant chéri de Bernard Arnault. L'acquisition de Louis Vuitton fut une histoire périlleuse qui marqua les esprits. Désormais les initiales de la famille Vuitton, sont les emblèmes de la réussite du groupe de Bernard Arnault : LVMH. Entrée chez Vuitton c'est conquérir le coeur d'Arnault.

Louis Vuitton : l’amour en fuite…

Fin de la passion Ghesquière Arnault; où simple rebondissement de la télénovéla de la mode : " LVMH dément formellement les informations erronées selon lesquelles Nicolas Ghesquière pourrait quitter prochainement la direction artistique de Louis Vuitton. Le contrat de Nicolas Ghesquière n'est pas en renouvellement et ne le sera pas avant la fin 2018 ", selon le communiqué officiel. Peu importe si Ghesquière à établit son " Domicile conjugale " chez Louis Vuitton, ou si la saveur des " Baisés Volés " s'est envolée , avant l'heure de sa déroute l'histoire est déjà culte.

Ghesquière/ Arnault : une romance moderne

Si Marc Jacobs est un designer médiatique, Nicolas Ghesquière privilégie la pudeur et se montre plus discret. Pour autant il est conscient de son pouvoir : il a crée des modèles emblématiques, devenus des classiques. Chez Louis Vuitton, ses silhouettes occupent rapidement le devant de la scène et donnent le ton des tendances. Défenseur d'une vision, " la mode se situe entre l'art et la culture ". Bernard Arnault succombe, et le timing est parfait puisque la fondation Vuitton s'élève au milieu des arbres du bois de Boulogne.

Louis Vuitton : l’amour en fuite…

A cela, s'additionne une sélection de muse avant-gardistes: Alicia Vikander, Léa Seydoux ou encore Jaden Smith occupent les nouvelles campagnes shootées comme des séries d'art contemporains par des photographes tel que Juergen Teller. La marque prend une dimension nouvelle. Nicolas transforme la rencontre mode, art en million de dollars pour Bernard.

On oublie toujours qu'un jour les classiques étaient des nouveautés. Le romance Ghesquière/ Arnault est-elle tombé dans cette notion morose de " classique "?

Ghesquière/ Arnault: un couple rétro-futuriste

Après le sensationnel et la passion du moment présent, insufflée par Marc Jacobs; Ghesquière propose à Arnault d'épouser le futur et de laisser derrière le romantisme de la nostalgie.

La monde de la mode suit de près chaque défilé : c'est le retour des jupes trapèzes, robes zippées et des pantalons fuseaux. Un lifting des sixties qui se joue à coup de bottines en cuir. Les pièces des collections Louis Vuitton se retrouvent sur bon nombre de podiums et sont imitées par les grandes chaînes de vêtement. Louis Vuitton domine le marché ?

Louis Vuitton : l’amour en fuite…

Pantalon vinyle, leggings métalliques et imprimés parfois risqués, certains se demande si la griffe Ghesquière ne prend pas la dessus sur le marque de Bernard Arnault, en l'enfermant dans un style futuriste qui se traduit par une rencontre avec les acheteuses qui reste du domaine de la science-fiction...

Ghesquière/Arnault: l'amour du risque

Avec Marc Jacobs, c'était la passion agressive : comme Bernard Arnault, il aime l'art et collabore avec les artistes les plus irrévérencieux de l'époque comme Takashi Murakami, Richard Prince ou Stephen Sprouse et relance le succès autour du monogramme de la marque. Défiguré, reconfiguré au fil des saisons sans en changer l'ADN, le monogramme envahit les toiles en cuirs, matière première des fameux sacs -best-sellers de la marque.

Louis Vuitton : l’amour en fuite…

À son arrivée, Ghesquière retravaille le sac, le simplifie et hotte les monogrammes. Trahison ? Défit?

Autre indice d'infidélité: lors d'une interview accordé au Petit Journal, le 2 juin dernier, Nicolas Ghesquière affirme être en mesure de lancer sa propre marque et de le faire " bientôt, très bientôt ". En réponse, Bernard Arnault ne cache plus son admiration pour Jonathan Anderson.

Louis Vuitton : l’amour en fuite…

Quand l'heure des pronostics sonne, cela n'amorce rien de très bon. Si Louis Vuitton rime avec " Voler, naviguer, voyager ", alors le changement de cap ne serait tardé..

Anderson? pourquoi pas. Si le sac est un élément précieux qui semble rassurer les acheteuses, Pablo Coppola mérite d'être mentionné. Son business bag jaune citron chez Bally est un hit. Le créateur pense accessoire d'abord et silhouette après; et si quelqu'un connaît l'importance de l'accessoire c'est bien Bernard Arnault...

Pour quelques idées sur le legs de Nicolas Ghesquière chez Balenciaga : http://www.luxsure.fr/2015/08/07/bye-bye-alexander-wang-enfin-pas-vraiment-les-5-raisons-de-ce-depart/


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pascal Iakovou 72539 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines