Magazine Échecs

Ombres et lumières sur l'échiquier d'Arnaud Payen

Publié le 24 juillet 2016 par Chess & Strategy @Chess_Strategy

LE LIVRE D’ÉCHECS DU MOIS

Ombres et lumières sur l'échiquier d'Arnaud Payen

Maître international né à Paris en 1972, Arnaud Payen est membre du club d’échecs d’Orcher-la-Tour à Gonfreville en Normandie, présidé par Cyrille Vaugeois, son club d’adoption depuis 13 ans. Intègre et fidèle en amitié, Arnaud nous transmet sa philosophie de la vie et sa passion contagieuse du jeu d’échecs.

Le sujet de ce livre d'échecs

C’est un voyage étonnant auquel nous convie le maître international Français Arnaud Payen. Un itinéraire de plus de 30 ans au royaume des échecs, préfacé par le grand-maître Murtas Kazhgaleyev qui se lit comme un roman feuilleton de 40 épisodes.

Arnaud nous embarque pour nous faire découvrir sa vie professionnelle à travers 40 parties choisies, de 1986 à 2016. Les parties d’échecs sont présentées par ordre chronologique avec un titre évocateur, un texte d’introduction pour contextualiser la rencontre. Chaque partie est commentée par son auteur et ponctuées par une « Morale de l’histoire » permettant d’en tirer l’enseignement bénéfique pour le lecteur

Notre avis. Ce livre est excellent. Nous le recommandons chaudement surtout l'été. Beaucoup d'anecdotes croustillantes sur le jeu d'échecs... et puis on apprend au détour d'une page qu'Arnaud a battu Magnus Carlsen à Helsinki.

Cadeau pour nos lecteurs: sa victoire contre Magnus Carlsen

En 2002, grâce à son ami russe le GMI Evgeny Solozhenkin, Arnaud Payen bénéficie d’une invitation en Finlande pour disputer un tournoi d’échecs de maîtres. Arnaud a toujours aimé la langue russe et parle très couramment selon mon épouse Tatiana Kostiuk depuis son stage à Moscou en 1992. A Helsinki, un tout jeune garçon attirait particulièrement l’attention… Mais qui pouvait se douter qu’un dizaine d’années plus tard, il allait devenir champion du monde d’échecs ?

Moralité :

  1. Il est toujours bien de jouer avec un plan : Ici pression sur le pion isolé d4 puis transformation en pions pendants devenus faibles en finale.
  2. Magnus Carlsen, qui a toujours été curieux dans la découverte de nouvelles ouvertures et s’est un peu fait piégé par le début. C’est l’inconvénient d’avoir un répertoire large. Par contre, on apprend à jouer tout type de positions. Il faut avouer qu’il avait 11 ans et demi mais déjà presque 2200 Elo. Magnus Carlsen venait après les parties écouter les analyses sans en perdre un goutte.

Pour en savoir plus : Son compte facebook


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chess & Strategy 4330240 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines