Magazine Golf

Do you speak golf?

Publié le 18 juin 2008 par Brigitte Contois

Vous êtes diplômé des grandes écoles, vous avez une expérience qui vaut le coup d’œil mais do you speak golf ? Réfléchissez avant de répondre car après avoir lu ces quelques lignes et si vos neurones ont un potentiel de fonctionnement  délivré par la grande école de commerce et d’engineery du bon sens, vous saurez quoi répondre. Tous les big boss de la planête jouent au golf, que ce soit Bill Gates, Donald Trump, Franck Riboud, Monsieur Li, tous sans exception ( même Bush et Sarko) utilisent le parcours comme terrain de négociation et le club-house comme meeting room. Il y a même cette anecdote d’un golfeur parlant d’une fusion en projet mais qui connaît des ratés. La balle ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd et l’autre bondit sur l’affaire pour lancer sa propre OPA et mettre l’autre au fond du trou. Oui le golf paie. Oui c’est sur un parcours que vous verrez le véritable visage de votre associé, ses forces mais surtout ses faiblesses. Le golf ne pardonne pas. En effet, dans le gotha du business, on ne vous demande pas de parler le golf scolaire où vous savez faire la différence entre driver et putter et expliquer ce qu’est un par. On ne vous demande pas le golf professionnel où vous êtes incollable sur les règles de St-Andrews et du matériel de Tiger Woods. On ne vous demande pas seulement d’être golf courant où vous savez jouer avec votre série, faire un départ positionné ou un putt de 15 mètres. Non, on vous demande plus que du golf bilingue, on veut du golf à handicap où vous explosez les autres au driver et souriez à un putt de 20 mètres. On vous demande la maïtrise totale sur le parcours et un master Management de score option audit de birdies. Vous devez avoir une expérience significative en ayant pratiqué sur les grands golfs du monde connu pour leur slope de furieux ou leur open de champions. Vous devez avoir une anecdote significative pas celle d’avoir serré la main de Tiger non mais celle d’avoir fait mieux que Tiger sur le trou du 12 de St-Andrews. Lorsque vous aurez ce profil, même les chasseurs de tête feront la carpette sous vos pieds et vous accèderez au tycoon des grands des places politiques et économiques qui sillonnent les greens de la planête. Vous pourrez vous pencher sur les postes de décisionnaires, de stratèges ou d’élus. Rien ne sera assez beau pour vous car en devenant maître du green, vous serez maître de la Bourse, sans avoir besoin de travailler pour la Société Générale. Vous serez respecté lors des soirées sans avoir à beugler comme Jérémy que vous partez cet été pour un trekking du kilimandjaro ou comme Sophie que vous êtes dans l’audit des assurances et des finances grands comptes pour un grand du conseil. Non, ça , ça ne vaut rien car tout le monde sait que Jérémy va payer une fortune pour marcher tous les jours à 2 000 mètres à 3 °C avec 20 ampoules sur chaque pied et que Sophie passe ses semaines à l’Ibis de Beauvais car le siège de ses clients se situe dans cette ville très dynamique à la cathédrale très architecturale face aux 2 brasseries principales du centre ville. Non maintenant, vous êtes intouchable, vous êtes un golfeur ès perfection. Surveillez votre mobile, Trump a eu votre numéro hier sur le Hawaï Country resort.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Brigitte Contois 15 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines