Magazine Humeur

Terrorisme, violence : Nous sommes sauvés, Pokemon go est arrivé !

Publié le 24 juillet 2016 par Pierre Thivolet @pierrethivolet

Terrorisme, violence : Nous sommes sauvés, Pokemon go est arrivé !

La réalité augmentée plus belle que la réalité ?

Ça y est : Il est arrivé. Non pas le Tour de France, ni l’homme politique miracle. Non, Le jeu événement. Le jeu dont on tout le monde parle, dont tous les medias parlent. Une opération marketing réussi de mains de maître. Comment relancer une marque sur le déclin et en faire l’objet de tous les désirs, une folie mondiale ? Quel suspens ! Quel teasing ! Tout y est, avec l’annonce du lancement imminent. Ce devait être jeudi dernier. Faux espoir, déception, frustration, donc désir exacerbé : Des « gamers » en colère se sont même indignés sur twitter que le jeu soit déjà lancé en Allemagne, en Grande-Bretagne, mais pas dans la 5 ème puissance mondiale ( sic )Mais depuis dimanche matin, à l’heure du jour du Seigneur - y a-t-il un rapport ? - ça y est : Le Pokemon Go est là, téléchargeable en version française. Et donc, une fois inscrit dans le club très ouvert (des dizaines, voire des centaines de millions de joueurs sur la planète) des dresseurs de Pokemon, il est possible de les voir autour de soi, c’est dingue : Pikachu est dans la cuisine, Salamech se trouve sous le kiosque devant la Mairie. Vite sortir dans la rue - en faisant gaffe aux voitures, quand même ! - et foncer jusqu’au premier Pokemon stop pour essayer d’en attraper un. Tout cela n’a aucun n’intérêt, nous sommes bien d’accord. Si ce n’est de remplir les caisses de Nitendo, au Japon l’action de la société a fait un bond de 24 %, du jamais vu pour cette compagnie depuis…1983. En quelques semaines les actionnaires ont gagné plus de 6 milliards d’euros ! Triomphe aussi pour l’éditeur, la startup Niantic, rachetée d’ailleurs pas Google…Ensuite le jeu aurait un effet bénéfique sur la santé, puisqu’il oblige les joueurs, leurs smartphones en main, à courir un peu partout pour tenter de débusquer les créatures virtuelles. Il paraît que cela a fait augmenter de 37 % voire même 50 % l’activité physique. A quand une épreuve de chasse aux Pokemons au JO ? Et puis, dans les pays où elle a été lancée, l’application Pokemon Go est plus utilisée que Tinder ou Twitter. La chasse aux Pikachu, Carapuce, Bulbizarre est passée devant les sites de rencontres de proximité. Parce qu’elle propose une nouveauté: Elle est la première à utiliser à grande échelle et de manière très simple, la réalité augmentée. Le joueur voit autour de lui et en se déplaçant des Pokemons.Et c'est assez bluffant.Pour les annonceurs, le marketing, le placement de produits, la pub, mais aussi l’information, cela ouvre de formidables possibles. Cela annonce de nouveaux bouleversements dans le modèle économique d’internet. Déjà aux Etats-Unis, des chaîne de restaurants ont réussi à faire bondir de 75 % leur fréquentation, parce qu’ils se situaient près d’un Pokemon Stop, et on attire des Pokemonsen achetant auprès de l’éditeur des Pokemon Lure…Les esprits chagrins vont dire que cela va détourner un plus de la lecture de Marcel Proust. Quoique: Adapter le texte à la réalité augmentée, ce serait un beau défi, non ? Se balader à Cabourg avec des extraits de la « Recherche du Temps perdu » défilant dans son smartphone… Redécouvrir la Syrie - quand elle sera en paix, le plus tôt serait le mieux -en lisant, le long du fleuve et des norias de Hama - reconstruite - "Un jardin sur l’Oronte ".Et puis, ce qui est sûr, c’est qu’il vaut mieux jouer à la chasse aux Pokemons qu’à tous ces jeux de guerre où la virtualité est aussi violente que les vidéos de Daesh. A force de passer des heures devant toutes ces horreurs, cela influence forcément les esprits dérangés. Et l’actualité nous a tragiquement montré qu’ils étaient nombreux parmi nous. Pour contrer le lavage de cerveau par Daesh, le Pokémon Go ? Nous vivons une e-poque formidable.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pierre Thivolet 5069 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines