Magazine Côté Femmes

Pervers

Publié le 25 juillet 2016 par Mentalo @lafillementalo

Hier matin, j'ai vu une bite. De près. Très.

Ce n'était pas la première, et j'espère pas la dernière, mais disons que je n'avais rien demandé. Et que dans le cas contraire, je n'aurais probablement pas utilisé le mot " bite ". Et je ne l'aurais certainement pas raconté ici.

Elle a tourné le coin de la rue, et s'est approchée de ma voiture, où je posais un sac dans le coffre, avant de m'installer au volant. Il ne fait pas bon se garer à l'ombre des églises encore endormies le dimanche matin, sans doute. J'ai levé bien haut le majeur de la main gauche, il faut répondre à la finesse par la finesse, n'est-il pas. La bite, la main droite qui la malaxait, et le type à qui tout le foutoir appartenait, se sont alors collés à ma fenêtre en me murmurant des mots que je n'ai pas compris. Je crois que c'est parce que j'étais trop occupée à lui hurler de dégager, gros dégueulasse. Il est possible qu'emportée par mon élan, j'aie ajouté sale porc. J'avais pris le soin d'entrouvrir ma fenêtre pour qu'il me comprenne bien, lui. Même si tout porte à croire que non.

Parce que mon problème, c'est que ma fille de sept ans et demi aussi a vu une bite, hier matin. Enfin, elle a plutôt dit " le monsieur a montré son zizi " parce qu'elle n'a que sept ans et demi, justement, et que jusque là, elle pensait que les bites ne couraient pas les rues, et puis jusque là c'était un peu le plus beau week-end de sa vie.

J'ai fait ce qu'il y avait à faire - verrouiller les portes, gueuler en l'insultant un peu, pas trop vulgairement, démarrer pour abréger la scène, pendant que ma Douce Amie appelait la police. J'étais bien lancée pour lui péter les dents une à une, voire l'émasculer, mais il paraît que ça ne se fait pas, surtout devant une petite fille blonde comme les blés qui me demandait ce que faisait le monsieur et s'il était fou. J'ai dit que oui, certainement, évidemment, et que ça n'allait tout de même pas nous gâcher ce week-end parfait entre filles made in Normandie.

Je me suis aussi demandé à quel moment les mecs inconnus pouvaient penser qu'un dimanche matin vers neuf heures, à l'ombre d'une église normande, quelqu'un avait envie de voir leur bite, leurs mains dessus, et leur sale gueule de pervers, soyons franche. Je veux dire, à que moment ils se disent que la technique peut marcher. Enfin, je suppose qu'ils ne pensent pas. Je suis bête, aussi.

Pervers

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mentalo 4861 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte