Magazine Société

Humour: suis-je un pédophile?

Publié le 04 août 2016 par Raymond Viger

Ils ont tenté de trouver un médecin capable de débuter immédiatement le traitement à domicile. Ils n’étaient pas convaincu que je me rendrais à l’hôpital. Finalement, le médecin le plus proche était pris dans un bouchon trop de chez moi. C’est donc Rien qu’s’une gosse (merci à Dominic Paquet), qu’on s’est rendu à Santa Cabrini.

Dans le stationnement des ambulances, six infirmières et médecins m’attendaient pour débuter le traitement le plus rapidement possible. J’ai vu passer les plafonds et les lumières de l’hôpital comme dans les films à la télévision avec tout le personnel médical qui s’affairaient autour de moi tout en suivant la civière et en se donnant toutes sortes de directives.

Je suis demeuré en traitement et en observation pour une semaine aux soins intensifs. Premier constat positif: la première opération concernant ma valve déchiré qu’on a recousu est un succès. Deuxième constat moins rigolo: la deuxième opération, les brûlures qu’on m’a faites pour arrêter la fibrillation est un échec. Le malaise s’est transformé en une sorte de court circuit qui tourne en rond et rend le coeur inefficace, l’amenant à battre la mesure à une vitesse de fou.

Histoire de la sonde urinaire

Le préambule expliquant mon retour à l’hôpital étant fait, je peux donc en arriver au coeur de l’histoire… si coeur est la bonne expression pour un cardiaque comme moi.

Une jeune stagiaire se pointe aux soins intensifs. Le genre de stagiaire que son professeur vient mener à l’hôpital le matin et revient la chercher le soir. À la regarder, je dirais qu’elle doit avoir au maximum 17 ans.

Au début de sa journée, les infirmières se limitaient à lui demander d’aller chercher des photocopies dans un photocopieur situé à quelques pas de leurs bureaux. Fallait qu’elle fasse ses preuves la petite pour monter en grade!

Perdre 10% de ses points

Ce qui fût fait quelques heures plus tard. Les infirmières ont commencé à lui laisser faire quelques actes médical. Sous supervision évidemment. Je crois qu’elle a eu 90% pour son stage. Vous direz que c’est tout de même bon et pas loin de la perfection. Je vais vous expliquer où elle a perdu ses 10 points à mes dépends.

Incapable d’uriner, les infirmières décident de m’installer une sonde urinaire. La 2e que je dois subir dans le mois. Elles décident de laisser notre stagiaire de 17 ans l’installer. Elle commence donc par prendre mon pénis avec sa main droite. Pendant ce temps, un temps que je trouvais abominablement long, l’infirmière lui fait ses dernières recommandations. Grande question existentiel remonte en moi. Si une jeune fille de 17 ans me tient le pénis et que j’ai 58 ans, est-ce que ça fait de moi un pédophile?

Je n’ai pas eu le temps d’attendre la réponse. La stagiaire tente de faire pénétrer ce tube dans mon pénis. Le tube coince et plie tout croche. Les deux jambes dans les airs font le bacon et je me mets à crier comme un Italien à l’hôpital!

L’infirmière reprend le contrôle de la situation. Je les entends chuchoter. J’ai compris que ça prenait un peu de lubrifiant sur le tube. L’ayant oublié, la jeune stagiaire a possiblement perdu ses 10 points sur ce détail qui est venu m’affecter à un plus haut niveau. L’infirmière a réglé le tout en quelques secondes.

Qu’est-ce qui aurait été le plus traumatisant pour moi? Qu’une stagiaire de 17 ans me tienne le pénis dans sa main ou qu’elle ait oublié le lubrifiant? Je ne pourrait pas le dire, je suis encore sous le choc!

VOS COMMENTAIRES SUR 

Autres chroniques sur Mon humour

Autres textes sur l’Humour des autres

Publicité

L’amour en 3 dimensions


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Raymond Viger 488 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte