Magazine Environnement

Diabète, 6 minutes pour comprendre

Publié le 05 août 2016 par Gram

Le diabète est un trouble de l’assimilation, de l’utilisation et du stockage des sucres apportés par l’alimentation.

Cela se traduit par par un taux de glucose dans le sang encore appelé  »glycémie élevée ». On parle alors d’hyperglycémie.

Les aliments sont composés de lipides, protides et glucides. Ce sont eux qui fournissent l’essentiel de l’énergie dont a besoin le corps pour fonctionner. Ceux-ci passent dans l’intestin puis se retrouvent dans la circulation sanguine.

Quand on mange, le taux de sucre dans le sang augmente. Les glucides sont alors essentiellement transformés en glucose.

Le pancréas détecte alors l’augmentation de la glycémie. Les cellules bêta du pancréas, regroupées en amas, appelés aussi ilôts de Langerhans secrètent de l’insuline permettant au glucose de pénétrer dans les muscles, les tissus adipeux ainsi que dans le foie où il va pouvoir être transformé et stocké.

Ainsi, la glycémie peut augmenter légèrement puis revenir à un taux normal. Le glucose peut être converti en réserves et en énergie.

Chez les personnes atteintes de diabète, ce système ne fonctionne pas.

Par un dosage de la glycémie pratiqué en laboratoire, un diabète est avéré lorsque la glycémie, à jeun, est supérieures à 1,26 gr/litre de sang à deux reprises.

On parlera aussi de diabète établi si, à n’importe quel moment de la journée, la glycémie est égale ou supérieure à 2 gr/litre de sang.

On distingue principalement deux types de diabète: Le type 1 qui touche 10% des diabétiques et le type 2 qui en touche, lui, 85%.

Les autres types de diabète concerne les 5% restants.

Anciennement appelé diabète insulinodépendant et étant habituellement découvert chez des enfants, des adolescents et de jeunes adultes, les symptômes de cette pathologie sont:
– Soif intense
– Urine abondante
– Amaigrissement rapide

L’organisme ne reconnaît plus les cellules bêta du pancréas et les détruit.

On dit alors que le diabète de type 1 est une maladie auto immune.

Le glucose ne pouvant entrer dans les cellules, il retourne dans le sang avec, pour conséquence, une augmentation du glucose dans celui-ci.

On ignore pourquoi cette destruction des ilôts de Langerhans se produit chez certains et pas chez d’autres.

Il existe une prédisposition génétique mais les autres causes sont mal connues.

L’environnement pourrait également jouer un rôle.

Le corps ne fabriquant plus l’insuline, l’apport doit se faire sous forme d’injection avec une seringue ou avec une pompe portable destiné à apporter l’insuline en continu.

http://vie-sante-nature.com/wp-content/uploads/2016/08/Quest-ce-que-le-diabète-.mp4

Dans le cas du diabète de type 2, celui-ci apparaît généralement chez les personnes de plus de 40 ans. Cependant, les premiers cas d’adolescents et de jeunes adultes touchés apparaissent en France.

Le surpoids, l’obésité, le manque d’exercice physique en sont les causes chez les personnes génétiquement prédisposées.

Sournois et indolore, le développement du diabète de type 2 peut passer longtemps inaperçu.

On estime qu’il s’écoule entre cinq et dix ans entre l’apparition des premières hyperglycémies et le diagnostic.

Dans ce diabète autrefois appelé non insulinodépendant, ce processus est différent du diabète de type 1.

Deux anomalies sont responsables de l’hyperglycémie.

Soit le pancréas fabrique toujours de l’insuline mais pas assez pour assurer son rôle par rapport à la glycémie. On parle alors de d’insulinopénie.

Soit l’insuline agit mal et on parle alors d’insulinorésistance.

Dans ce dernier cas, la résistance à l’insuline ne permet plus de réguler la glycémie. Cette résistance, épuise peu à peu le pancréas qui ne peut plus assurer une production suffisante.

Il n’existe pas une cause précise mais un ensemble de facteurs favorisants comme:
– Une origine génétique
– Des antécédents familiaux
– Des facteurs environnementaux
– Du surpoids
– Une alimentation déséquilibrée

Le diabète est, dans un premier temps, traité par des mesures hygiéno-diététiques, c’est à dire une alimentation équilibrée et de l’activité physique.

Puis, on a rapidement recours à des traitements antidiabétiques oraux ou injectables. Leur efficacité n’est optimale que si ils sont associés, encore une fois, à une alimentation équilibrée et à la pratique régulière d’une activité physique.

Le diabète de type 2 est une maladie évolutive. Après l’augmentation progressive des antidiabétiques, des injections d’insuline seront proposées aux patients lorsque la carence en insuline sera trop importante.

Le but du traitement dans les deux cas est de normaliser la glycémie.

Les hyperglycémies répétées et prolongées entraînent à long terme une altération des nerfs et des vaisseaux sanguins présents dans tout le corps.

Ce sont les complications du diabète qui peuvent se traduire par:
La cécité
– Des atteintes aux pieds pouvant conduire à des amputations
– Des accidents vasculaires cérébraux
– Des infarctus
– Des troubles de l’érection
– Une insuffisance rénale

Malgré la recherche médicale qui avance tous les jours, le diabète est une maladie qui se soigne très bien mais ne se guérit pas.

Il est donc fondamental de se surveiller en permanence, de garder de bonnes habitudes alimentaires, pratiquer une activité physique et suivre rigoureusement le traitement prescrit.

Un diabétique respectant ces principes peut donc être un malade en bonne santé.

Oui à la qualité de vie.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gram 78 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines