Magazine Conso

En Floride, des scientifiques veulent sauver les orchidées fantômes

Par Joël Bruffin @joeltwitt38

Des scientifiques américains se sont donnés pour objectif de faire renaître de ses cendres l'orchidée fantôme. Une espèce si rare qu'elle a suscité la convoitise de plusieurs générations de braconniers.

Source goodplanet

Orchidée fantôme Dendrophylax-lindenii

Armé de son pistolet agrafeur, Mike Kane s'enfonce dans les profondeurs d'un marais de Floride pour tenter de donner naissance à l'une des fleurs les plus rares du monde.
Portant plusieurs dizaines de petits carrés de toile de jute minutieusement entrelacés avec des racines vertes, le scientifique s'applique patiemment à replanter ce que beaucoup ont brutalement arraché.
L'apparence presque érotique de cette fleur hors du commun, la pureté de sa blancheur et sa spectaculaire légèreté suscite les passions dans le monde entier.
La rareté de l'orchidée fantôme (Dendrophylax lindenii), ajoute à sa valeur. La floraison n'apparaît qu'une fois par an, généralement à peine plus d'une semaine en juin ou en juillet. Elle pousse encore plus difficilement que les autres espèces d'orchidées et survit rarement en dehors de son habitat naturel.
Il fut un temps où elle foisonnait dans les Everglades, une région marécageuse à la pointe sud de la Floride. Aujourd'hui, les experts n'en comptent pas plus de 2.000 dans l'ensemble de cet Etat américain. Cuba en abrite quelques-unes également, mais c'est tout ce qu'il reste de cette espèce à la surface du globe.
Le braconnage, autant que l'urbanisation et la pollution aux pesticides, sont tenus responsables de sa disparation, estime Mike Kane, professeur d'horticulture environnementale à l'Université de Floride.

"Nous sommes en train de les perdre", s'inquiète le professeur, qui mène un projet inédit pour repeupler les marais d'orchidées.
Avec ses étudiants, il fait pousser les orchidées, sans les cloner, dans son laboratoire au nord de la Floride.
Lorsque les plantes ont pu pousser plusieurs années en laboratoire, ils les transplantent dans un endroit isolé au cœur du parc naturel de Florida Panther, au sud de "l'Etat ensoleillé".

Un lieu particulièrement tranquille abrité par une canopée, où frênes, cyprès et marais offrent un cadre idéal pour la conservation de l'orchidée fantôme.
"Le public ne peut pas venir jusqu'ici et voler les orchidées, il ne peut pas non plus interrompre nos expériences", se félicite Jameson Coopman, étudiant dans le laboratoire de Mike Kane.
Les deux hommes se relayent pour agrafer les petits carrés de toile, en prenant soin de ne pas abîmer les racines, contre des troncs d'arbres pendant qu'un alligator est tranquillement allongé au soleil à quelques mètres de là.Une fois agrafée, la toile se décompose mais les racines de l'orchidée, semblables à des araignées, vont étreindre l'écorce de l'arbre et, avec un peu de chance, s'y installer."

Orchidée fantôme Dendrophylax lindenii

A partir de là, on laisse la plante faire le reste", explique Jameson Coopman.Cette année, ils sont parvenus à en planter 160. L'année d'avant, 80. Kane se souvient avoir tapé dans la main de son étudiant vietnamien Nguyen Hoang, les jambes enfoncées dans le marais, lorsqu'ils ont découvert quelques semaines plus tard que la plupart avait survécu."Elles étaient en pleine forme. C'était incroyable. On était vraiment surpris".Le laboratoire de Mike Kane a connu un autre succès inhabituel lorsque ses botanistes ont réussi à faire fleurir les orchidées fantômes en trois ans.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Joël Bruffin 10968 partages Voir son profil
Voir son blog