Magazine Poésie

Qu’ils meurent tous

Par Vertuchou

Quoi qu’on écrive tout est futile emporté
Dans le grand courant, laissez-les faire à leur guise
Dans une grande explosion
Tous les humains du monde
Qu’ils deviennent des graillons noircis
Et qu’ils meurent tous dit-elle,
fixant un point de ses yeux vides
Du fond de ses yeux, sans fin, les larmes coulaient
Moi incapable
de rien dire en silence je pleurais

Shinoe Shôda

Partager cet article

Repost 0
Qu’ils meurent tous
&version;

Vous aimerez aussi :

Écoute
Écoute
Passion
Passion
Points de suspension
Points de suspension
La douceur
La douceur

Poètes D'aujourd'hui

« Article précédent

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vertuchou 94 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine