Magazine

La route du Rock 2016 - Jour 1

Publié le 13 août 2016 par Antoine Dubuquoy
La route du Rock 2016 - Jour 1

Ecrasé par un soleil de plomb, le Dr Dubuc se dirige vers le bar d'un pas assuré. Il sait que cette première gorgée de bière sera essentielle, qu'elle lui donnera la force d'affronter la foule, la station debout, le piétinement, les éléments, qu'elle ouvrira ses chakras, bref, qu'elle est le booster fondamental à la réussite d'un festival quel qu'il soit. Le sol du Fort Sant Père est sec. D'une sécheresse suspecte. On est en Bretagne, point de cirés ni de Kways à l'horizon. les bottes Aigle, bleues marine et blanches sont invisible. Mieux, on aperçoit même des naïades et maillot de bain. Là, c'est sûr, le réchauffement climatique est en marche. On va tous mourir. Al Gore avait raison. La vérité dérange. Le complot climatique ourdi par les Reptiliens et les Illuminatis est une évidence. Il fait BEAU. C'est louche...

Assez rigolé...

Place aux choses sérieuses. Place au rock. 

La Route du Rock, Psychic Ills
Scène des Remparts, Psychic Ills, lunettes noires, mal rasé pour lui, longue robe bleue, longue chevelure pour elle. Psychic, psyché. Pas mal sans pour autant être transcendant.C'est dark. Longues plages de guitares, bourrées de réverb, C'est psyché, quoi. Du coup, depuis les Black Angels (pour ne citer que le premier nom qui me vient à l'esprit) qui déjà faisaient un truc déjà un peu entendu, on sait un peu à quoi s'en tenir. C'est agréable. Sans plus. A réécouter allongé dans un transat, les yeux fermés. Faut voir. Ne jetons pas les Quaaludes avec l'eau du bébé dans le grand bain... Euh, keske je raconte là...

La Route du Rock, Kevin Morby
Translation vers la scène du Fort, avec passage au bar VIP, histoire de voir qi est là, en attendant le set de Kevin Morby. Sympa le gars. Sympa le set. Je le prends tel quel, brut de décoffrage, pas eu le temps de réviser, de faire l'exégèse de sa discographie, de me faire une idée avant pour savoir si je devais être déçu pendant - ou hystériquement extatique. Des chansons, pas vraiment d'idée sur le fait qu'il est le nouveau Dylan ou le nouveau Cohen ou le songwriter le plus puissant du moment. On en a vu d'autres... Mais il dégage quelque chose de sympathique. qu'il faudra là  aussi réécouter à tête reposée. Le chroniqueur, à ce instant n se rend compte qu'il ne peut pas citer un morceau de Kevin Morby. Et se dit au passage que la magie de la Route du Rock, c'est justement de venir au contact d'artistes nouveaux, de nouvelles têtes, de nouveaux sons, histoire d'ouvrir les portes de la perception. Musicalement parlant, rien de fondamentalement nouveau. Nos services vont se pencher sur le songwriting. On est professionnel ou on ne l'est pas. 

Bière.

Avant Belle and Sebastian

Le gros morceau de la soirée. Attendu. De la belle pop, comme on l'aime. 

La Route du Rock, Belle and Sebastian
Première question: où est le chien? Euuuuh... Vous pouvez prendre la porte, mon petit. Ca c'est de la blague de l'époque de la télé en noir et blanc et de l'ORTF... Belle et Sébastien. lolilol. Rire intérieur pas très convaincu. Une équipe de foot monte sur scène. Belle and Sebastian, c'est la groupe infernal pour un tourneur... 10 sur scène. Multi-instrumentistes. Rotation entre chaque morceau. Flute traversière (Dieu merci, personne ne joue de solo, perché sur une seule jambe, comme aux pires jours de Jethro Tull), violon, violoncelle. Envolées pop, chansons, quelques incursions electro (pas du meilleur goût, à mon humble avis, mais cela n'engage que moi, les inconditionnels de Belle and Sebastian me pardonneront j'espère). Stuart Murdoch clame son amour pour l'Europe. On se sent écossais, malgré l'absence de bagpipe et de kilt. La force de Belle and Sebastian, c'est de mettre son art dans sa musique et de se foutre totalement de son look ou de son attitude. Simplicité, proximité. Monter sur la barrière de sécurité, la parcourir comme on marche sur un fil, être soutenu par son public. On frôle l'enchantement. C'est LE beau moment de la soirée. Un peu long pour le fan occasionnel. C'est le genre de groupe qu'on aime, mais qu'on adore pas. Mais c'est déjà ça.

Juste le temps de passer à la galette saucisse. Car on est en Bretagne. Et qu'il faut en passer par là. En écoutant un peu distraitement Haelos

Voir les potes. Discuter. 

La route du Rock, Minor Victories
Se positionner pour le set de  Minor Victories. Prometteur sur le papier, même si objectivement, et encore une fois, cela n'engage que moi, je ne suis pas fan de Slowdive. Se dire qu''il y a un peu de Mogwai et d'Editors dans Minor Victories, c'est en soi assez prometteur... Bon, il y a une voix diaphane, de grosses lignes de basse, au final quelque chose de plutôt mélodique... Mais pas assez de chansons, de ce je ne sais quoi qui t'accroches, qui te prends, qui t'embarques. Déception personnelle. Peut-être attendais-je le côté parfois sépulcral des débuts d'Editors. Du coup, l'electro de Pantha du Prince vient redonner un peu d'allant au chroniqueur, qui devant reprendre la route se dirige tranquillement vers le parking, passant devant quelques militaires en faction, quelques blocs de béton qui rappellent que le monde extérieur ne vit pas dans la sérénité. 

Un contrôle de gendarmerie plus tard, en un échange courtois entre gens de bonne compagnie, retour au bercail. 

Affaire  suivre...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Antoine Dubuquoy 2892 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte