Magazine France

Avis aux bas du front : tout n’est pas permis, même sur #twitter…

Publié le 13 août 2016 par Gédécé @lesechogaucho

Une bonne occasion d’avertir les bas du front qui se montrent si courageux à l’abri de leur écran que les menaces de mort sur les réseaux sociaux ne demeurent pas toujours impunies. je viens d’avoir des nouvelles par la presse d’une vieille connaissance, du temps où j’œuvrais pour le No Sarkozy Day, et dont j’ai pu constater les viles magouilles à l’époque où il était encore pote avec Benjamin Ball. Vous savez,  cet énergumène aux relations douteuses baignant dans un complotisme ne répugnant pas aux quenelles, si actif à la manœuvre d’un certain noyau dur qui a tenté de récupérer à des fins inavouables le mouvement Nuit debout, comme j’en ai déjà parlé ici. Le type en question se nomme Grégory Pasqueille, et vient d’écoper de cinq mois de prison ferme pour menaces de mort, à l’occasion d’un tweet où il appelait ni plus ni moins, excusez du peu,  à assassiner François Hollande et Manuel Valls. Il avait déjà été condamné précédemment pour un tweet raciste contre Christiane Taubira. Même si c’est bien fait pour sa gueule, à ce rat puant, raciste et complotiste, adepte de Dieudonné, je ne suis pas sûr que la prison soit du meilleur effet ni suffisante pour calmer les accès dus à  sa petite pathologie personnelle. A mon sens, des soins psychiatriques seraient en effet bien plus appropriés. Une histoire en tous cas qui devrait faire réfléchir les bas du front si peu avares de menaces sur les réseaux sociaux…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gédécé 134609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte