Magazine Poésie

Séparation

Par Vertuchou

Le chemin devant moi,

En pente et vespéral.

Hier encore, amoureux,

Il suppliait : « N’oublie pas ».

Aujourd’hui, seuls les vents,

Le cri des bergers, et

Le mouvement des cèdres

Près des sources pures.

Saint-Pétersbourg, Printemps 1914

Anna Akhmatova

Partager cet article

Repost 0
Séparation
&version;

Vous aimerez aussi :

 Amour, je ne viens pas dénouer vos cheveux
Amour, je ne viens pas dénouer vos cheveux
Quand arrive l'oubli
Quand arrive l'oubli
Descendre au jardin
Descendre au jardin
Qu’ils meurent tous
Qu’ils meurent tous

Poètes D'aujourd'hui

« Article précédent

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vertuchou 94 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine