Magazine Société

L'édito de la semaine: Le nouveau marronnier de l'été

Publié le 21 août 2016 par Podcastjournal @Podcast_Journal
Rédacteurs et stagiaires: cliquez sur cette barre pour vous connecter en back-office de la rédaction! Recherche par tags (mots-clés) Recherche d'évènements (agenda) Le débat est ouvert et l'encre coule. Et comme d'habitude, tout le monde a un avis. Après la publication d'articles favorables ou non au port du burkini, les commentaires fusent, le plus souvent décalés. Car faudrait-il encore se donner la peine de lire les papiers publiés jusqu'au bout. Première étape difficile surtout si on a déjà une opinion sur le sujet… Jamais facile de se remettre en question et de confronter ses opinions à celles des autres. Même les médias étrangers - surtout les anglo-saxons évidemment - s'y mettent se moquant voire conspuant notre presse qui se fait l'écho de ce débat. Passée l'occasion jamais manquée de critiquer leurs confrères et consœurs français, il s'agit tout simplement d'un débat qui se base sur les différences culturelles entre les deux pays, entre politique d'assimilation à la française et multiculturalisme britannique. Le modèle hexagonal qui promeut l'égalité entre tous les citoyens quelles que soient leur origine et leur religion est un échec. Nul n'ignore que l'égalité n'existe pas, seule la juridique et encore pas toujours, puisque appliquée par des hommes et des femmes. C'est là où la politique intervient. En faisant croire que les problèmes actuels viennent des minorités vivant en France et que la société française n'y a pas sa part de responsabilité, on leurre les gens. Notre société ne peut pas se remettre en cause puisqu'elle n'est pas responsable. Facile, non? Nos élites politiques ou prétendues telles, proposent des débats dont la réponse semble évidente et qui occupent les Français en détournant les responsabilités. A coup d'état d'urgence, d'interdictions et autres décrets, nos politiciens limitent les libertés des hommes et des femmes qui forment cette opinion publique inquiète de la présence et du comportement des minorités présentes sur le territoire national. Le modèle britannique n'est pas plus une réussite, ce qui ne nous réjouit pas davantage.
Alors pour ou contre le retour au costume de bain de nos arrière-arrière-grands-mères. En effet, si nous regardons les archives picturales, photographiques de la fin du XIXe siècle, on voit que les bains de mer ne sont autorisés qu'à des femmes habillées dans un costume qui les recouvrent de la tête aux pieds. A l'époque aussi, des dimensions devaient être respectées. Ce premier constat n'est guère réjouissant. Nul ne peut argumenter qu'il y a avancée de la condition féminine.
Le burkini protégerait les femmes des regards concupiscents des hommes? Quelle plaisanterie! Plus on en cache, plus on suscite la curiosité, c'est vieux comme le monde.
Avant le respect des us et coutumes des uns et des autres, avant le respect des cultures et des religions, il y a le respect de l'identité de tout un chacun, c'est-à-dire le respect de la femme et de l'homme. Si ce dernier respecte la première, ces débats n'auraient pas lieu. Mais cela aussi c'est vieux comme le monde.
En attendant, les prochaines élections présidentielles françaises se feront sur fond de sécurité et de minorité alors que les vrais problèmes ne sont pas là. Mais comme nos politiciens et politiciennes n'ont pas de solutions pour régler ce qui doit vraiment l'être, chômage endémique, crise économique et sociale et j'en passe, les résultats de ces élections seront faussés.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Podcastjournal 106952 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine